Bompard m’a tuer

Hier soir j’ai l’idée, qui m’a semblé bonne au début, de regarder les débats à l’Assemblée Nationale. Bon je vous préviens tout de suite, j’ai souvent ce genre d’idées, qui semblent bonnes au départ et qui s’avèrent de véritables conneries, comme sauter d’une balançoire et me briser la jambe. Mais passons, c’est pas vraiment le sujet, bien que je me sois quand même cassé le péroné.

Donc hier j’étais confortablement installée dans mon canapé, je me connecte sur twitter (THE place to be) et je vois ma TL (pour les novices c’est comme le fil d’actu sur old facebook) (j’aime bien les parenthèses moi aussi) s’enflammer sur les débats à l’Assemblée à propos du projet de l’égalité homme/femme. Et plus précisément sur un amendement modifiant la loi Veil qui instaurait le droit à l’avortement « pour toute femme que son état place en situation de détresse ». Il supprime cette notion de détresse et la remplace par « le droit des femmes à poursuivre ou non une grossesse ». Jusque là j’applaudis des deux mains, je fais une hola, 14 juillet avant l’heure, feu d’artifice.

Et là c’est le drame.

(je ménage mon effet)

Arrive Bompard. Alors pour ceux et celles qui ne sont pas passionné(e)s de politique, Bompard c’est un des fondateurs du FN qu’il quittera pour monter la ligue du sud et accessoirement député maire d’Orange.
Donc le voilà qui arrive. Il est déjà tard dans la nuit. Mais mon Jacky (il s’appelle Jacques) il va pas se démonter, oh que non ! C’est son heure, son moment, il se lance.

« 225 000 enfants sont supprimés chaque année. […] A chaque fois que nous montrons la réalité des fœtus déchiquetés des souffrances et des regrets des femmes avortées vous hurlez[…]vous niez la souffrance des femmes qui honnissent leur potentiel maternité au point d’attenter à la vie mais également la perte pour la société des richesses qu’auraient apporté tous ces embryons balayés par une société qui se défait elle même au point de ne pas respecter les plus faibles dans leur dignité et leur droit à la vie ».

PUTAIN CE QUE TU LEUR A MIS A CES PUTES MON JACKY !
T’as tout donné ! Des enfants morts, des fœtus déchiquetés, le potentiel maternité, le regret, c’est grand ! T’es un grand mon Jacky.

Autant vous dire que je me suis décomposée dans mon canapé. Plus de feux d’artifice. Juste des étoiles de violence refoulée.
Alors tu sais mon Jacky, moi j’aimerais bien que tu comprennes un truc. Enfin plusieurs mais vu ton âge, t’auras pas le temps d’en retenir beaucoup. Alors on va faire court et bref.

J’ai avorté à 17 ans. Je vais très bien. Je n’ai aucun regret. Je n’ai jamais été une petite chose fragile et perdue, en détresse, et encore moins à ce moment là. C’était MA décision première, j’ai eu la chance que mon compagnon la partage.  Bien sur ce n’est jamais un plaisir du genre « qu’est ce que je vais faire aujourd’hui? Et si j’allais me faire avorter? Oh oui en voilà une idée qu’elle est bonne »
Et tu sais quoi mon Jacky, ben je me regarde tous les matins dans la glace ! Et même que je regarde mes enfants grandir sans y penser. Parce que mon corps est à moi. Ne t’en déplaise. Tu milites contre la PMA au nom des femmes, par contre culpabiliser les femmes qui avortent et vouloir les forcer à mener des grossesses à terme ça te pose pas de problème hein mon cochon. Remarque, quand on t’écoute, on voit bien que t’es pas à une connerie près.
Pour conclure, je n’ai plus que quelques mots à te dire Jacques.

Mon potentiel maternité et moi, on t’emmerde.

FEU D ARTIFICE 2

Publicités

3 réflexions sur “Bompard m’a tuer

  1. J’adore votre/ton (chépa trop) billet, il est magnifique et extraordinaire et je vais me le coller sur le front pour que tout le monde voit à quel point leur commentaire de merde, je m’en tamponne le coquillard !!!
    Ah oui moi je n’ai pas avorté hein, bon oui ça arrive aussi, mais je suis totalement d’accord avec toi.
    Mon potentiel maternité vous emmerde tous, VOUS, les détracteurs vicieux qui nous entoure.

    J’aurais été extraordinaire en 69, dommage que je ne sois née qu’en 88…

  2. Pingback: Interview #interflora #6 : les Moukraines à la Glaviouse - La vie des triplés

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s