L’amoureuse perpétuelle.

20140023-132041

Je me présente, Madame Piche, Nicole Piche, je tombe amoureuse toutes les 4 secondes, depuis toujours.

Je me souviens encore de mon premier amoureux en maternelle c’est pour dire. Et là, j’ai beau être mariée, je tombe amoureuse. Tout le temps. J’aime comme je respire.

Avec des amies quand on se rappelle le bon vieux temps je dis toujours « Ah lui ! han j’en étais raide dingue ! »…  et ça revient plusieurs fois dans la conversation. Ou alors c’est du genre « Non mais si rappelle toi de ce gars, j’étais folle de lui ! »

Il ne suffit pas de grand chose pour que le coup de foudre me frappe. C’est même des phrases plutôt ridicules, qui font que je me dis …. WOUAAAAAH !

Mon tout premier vrai amour, à 15 ans, (qui fut donc le premier vrai chagrin d’amour, évidemment) je l’ai croisé un jour, en allant au collège, il me passe à côté et un peu plus loin crie un pas du tout glamour « Ooooh charmantééééh » (oui, il avait un violent accent marseillais) je me suis retournée, telle une princesse indifférente, et j’ai fondu.

Après s’en est suivie une enquête durement menée, mais je l’ai retrouvé, et on s’est aimés ! (enfin moi en tous cas, c’est sûr !)

Et pour mon tout dernier vrai amour (mon mari quoi !), on se connaissait déjà depuis quelques mois, mais lui et moi étions pris.

Un soir, après être sortie de ce gouffre qui a été la pire année de ma vie niveau sentimental (j’en parlerais un jour) à mon bar habituel (qui était aussi le sien) je vais au comptoir commander, il y est. On se dit bonjour, comme toujours, et là il me dit une phrase, cette phrase je ne l’oublierai pas. S’il ne m’avait pas parlé ce soir là, en serions-nous là où nous en sommes ? Heureux, amoureux fous depuis 10 ans, mariés, 2 enfants, un appartement et 2 chats ? Cette phrase si romantique, si… comment dire… si….. bouleversante.

Oui ce soir là j’ai eu face à moi le roi de la drague. Michael Vendetta s’est inspiré de lui d’ailleurs. Il m’a donc dit, sortez vos mouchoirs : « Wouah tu as mis du liner, tu sors ce soir ? ». Je sais, aucun homme ne peut lutter, j’ai une chance folle.

N’empêche que paf, bim, boum je suis tombée folle amoureuse de lui !

Je tombe en amour très souvent, trop vous dirait mon mari, de « personnalités ». Je suis ce que l’on appelle communément, une groupie. A presque 30 ans. Il n’y a pas d’âge. (Enfin si, sûrement, mais on va dire que non hein.)

Je tombe amoureuse de chanteurs, guitaristes, batteurs, bassistes, journalistes, écrivain, tout le temps, tous les jours.

Il y a encore quelques semaines, j’attendais les mains moites après un concert, l’idole du moment pour un bisou que j’ai obtenu (je pourrais passer pro de la discipline s’il y avait des championnats). Après des moments comme celui là je grimpe à 19 de tension, j’ai des ressorts sous les pieds et j’ai un sourire qui fait très peur. (Genre Miss France constipée)

Grâce à l’internet, nous pouvons vivre des moments merveilleux, virtuels certes, mais merveilleux. Twitter c’est un genre de salle où on parle à nos personnalités préférés, tous en même temps, et on attend, qu’arrive comme par enchantement soit :

– Un retweet : qui veut dire je t’ai vu, je t’ai lu, je t’ai entendu. C’est comme si on se faisait toucher la main à un concert.

– Une réponse : Là c’est l’extase totale. C’est vraiment l’autographe, la photo et la bise réunis. Le truc qu’on a envie d’imprimer sur un coussin pour dormir avec éternellement.

– Le message privé : Summum de la folie furieuse de « c’est-trop-barge-ce-qui-m’arrive ». C’est comme une invitation dans le bus de la tournée quoi. Je connais une de mes co-auteuses qui y a eu droit, plusieurs fois même, au message privé… La chanceuse.

Moi j’ai eu la réponse, la vraie, celle qui envoie une flêche en plein coeur.

A un artiste que j’aime beaucoup (noooon sérieux ??!) un jour j’ai twitté que j’étais en train de l’écouter en terminant par un « Love you Man ! »….. et là… il a quasiment fallu que mon cher et tendre me réanime, quand j’ai reçu la réponse « No ! I Love YOU ». J’ai pleuré, crié, sauté dans tous les sens en tremblant. La mourrance de la groupie amoureuse quoi. Rien que d’en parler je tachycarde .

Bref, je suis une amoureuse perpétuelle et j’ai une chance folle, c’est d’avoir un coeur à rallonge… à l’infini. Je déborde d’amour. Chaque seconde qui passe.

Un coeur de guimauve, un coeur qui explose de bonheur, un coeur avec plein de monde dedans, et il y a encore de la place pour les prochains…

Publicités

8 réflexions sur “L’amoureuse perpétuelle.

  1. Nom de Zeus !! Tu es ma « jumelle » de cœur (comme toi je suis en couple ,)XXL tu cœur (et du corps aussi mais ça n’a rien à voir). Pas plus tard qu’hier, bam gros craquage .
    Je viens de connaitre ton blog, le ton ma plait !

  2. Bonjour Poulettedodue! Je suis rassurée de voir que je ne suis pas seule et que je ne suis pas « si » folle que ça! 🙂
    Bienvenue sur le blog, nous sommes 7 mamans un peu déjantées!
    Au plaisir de te relire!
    Mâme Piche.

  3. La vache les filles, je croyais être seule au monde dans le genre coeur d’artichaut à la guimauve nappé de chocolat fondu mais là du coup je me sent moins seule… et moins ridicule puisque donc je ne suis plus la seule hystéro-extatique de ma connaissance (si si si soyons réaliste, vous auriez du me voir quand twilight est sorti.)
    J’ai pas encore essayé tweeter du coup là ça m’a donné envie! Merci!
    Bravo à toi et tes comparses pour ce blog extraordinaire et engagé!

    • Aaaaah on commence à être plein! On va monter un club et on fera des réunions de groupies-coeurs-d’artichaud-tendance-hystéros!

      Merci pour ton message et à très vite sur le blog!

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s