Ad augusta per angusta

mais

« Vers de grandes choses par des voies étroites. » (Et non pas, « En août, perds ta langouste »).
Le week-end dernier, il est arrivé une fort curieuse mésaventure à l’une d’entre nous, Fabienne Machin, la chef. Enfin, l’une des chefs, parce que comme la direction est collégiale, on ne sait pas trop kiki est la chef, sauf quand on s’engueule un peu, la chef, c’est celle qui nous demande d’arrêter, comme Edouard Balladur.
Bon, je me suis un peu égarée, telle l’innocente brebis.
J’étais partie pour vous raconter comment Fabienne avait dû intervenir en urgence et quitter une conversation passionnante sur Facebook au motif que son rejeton dernier-né s’était mis un mini-kart Mario dans le fondement.
Que je vous rassure de ce pas, si la situation avait tourné au tragique, je n’en aurais pas parlé ici, par décence et par amitié et aussi un peu, par peur de me faire punir par la cheffe responsable de la planification des publications.
Donc, le petit jeune homme a eu subitement envie « de voir », je cite sa mère.
De voir quoi ? Avec quels yeux ? On ne saura jamais vraiment. Parce qu’évidemment, povpitoune, ça lui a filé les chocottes. Et qu’il a pleurééééé.
Les enfants sont donc tentés de faire de curieuses expériences, sachez-le. On pourrait qualifier cette option d’empirique. Mais en vrai, c’est juste nigaud, et surtout ça nous fera soit flipper, soit marrer, soit les deux, en même temps ou l’un à la suite de l’autre et pas toujours dans l’ordre qu’on croit.
Je t’en foutrais de l’empirisme, tiens.
Et là, je me suis souvenue que quand j’avais 4 ans, il y a donc un siècle, une éternité, je me suis enfoncé des grains de maïs, pas du maïs Géant vert plein d’OGM, des grains de maïs à popcorn, dans le nez.
Pour quelle raison ? Je peine à m’en souvenir. Je voulais certainement faire pousser du maïs dans mon pif. Ou juste voir ce qui se passait moi aussi, comme le fils à la Fabienne. Ou alors, je pensais vraiment qu’il fallait le mettre là.
Et puis comme je ne fais jamais les choses à moitié, ben, j’ai mis un grain dans chaque narine, mon sens de la symétrie et du travail bien fait obligeant, très certainement.
Ma mère, une fois mon forfait accompli, a paniqué. Je ne lui en veux pas, je pense que j’aurais aussi un poil perdu mes moyens.
Et, pour une raison qui m’échappe totalement, ma génitrice m’a collée la tête en bas.
Sûrement pour bien faire descendre les grains dans mes sinus ou mes végétations, voire dans mon cerveau.
Et m’a emmenée, toujours en me portant tête en bas, au rez-de-chaussée de notre immeuble où elle a trouvé un voisin compatissant et expert en enfonçage de trucs bizarres dans le nez.
Muni de sa plus belle pince à épiler, le monsieur m’a ôté les graines indésirables.

Moralité (et quelques astuces) : déjà, si vos enfants se mettent des trucs dans le nez ou ailleurs, ne les transportez pas tête en bas.
Ne laissez pas des grains de maïs traîner chez vous. « Laisse pas traîner ton maïs », comme dit la chanson.
Ne paniquez pas. Enfin si, mais pas comme ma mère.
N’obturez ni les narines, ni d’autres orifices de vos enfants pour les empêcher de faire des conneries. Ils trouveront un autre moyen de vous faire avoir des palpitations, en utilisant une prise de courant par exemple. Ou la cuvette des toilettes. Ou le pot plein de pipi. Ou le lave-vaisselle.

Publicités

8 réflexions sur “Ad augusta per angusta

  1. la prise electrique, la cuvette des toilettes et le pot plein de pipi de la grande, numerobis a deja tout testé! manquerais plus que je la retrouve cachée dans le lave linge et là elle aura fait le tour lol !

  2. Ça me rappelle un grand moment de solitude aux urgences un soir de week end avec ma fille de 4 ans: « Oui… Bonsoir… Heu… Voilà… Je crois qu’elle une tong de playmobile dans le nez… » 🙂

  3. Certains jouent avec leur santé étant enfants (pauvres innocents) mais d’autres prennent le risque de lire ces posts en sirotant leur café du « enfin le week-end, pffiou pas trop tôt » et ne se doutent pas qu’un article sur les enfants et leurs idées incongrues va les faire avaler de travers et finir par les tuer dans un dernier spasme de rire …. Bon je me change (ai bavé, bah si !) et vous suggère la classique petite gomme du crayon à papier 18 ans dans l’oreille….

  4. Ma fille fait beaucoup d’expériences et vu ce qu’elle me raconte, je sais qu’elle ne me raconte pas tout ! mais qu’est ce que j’ ai ri quand elle m’a avoué avoir testé le parfum sur la zézette et son étonnement parce que ça pique 🙂

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s