30 jours

C’était il y a un mois. Je me levais difficilement, ralentie par la douleur qui me cisaillait le ventre. J’allais dans la chambre de mon fils « bonjour mon coeur, debout mon coeur, il est l’heure de l’école ». Je repoussais ma fille malgré moi, elle qui s’inquiétait de me voir souffrir mais qui accentuait la douleur sans le vouloir en me tambourinant le ventre de ses petits bras. Je ne savais pas quoi faire. Valise ? Pas valise ? Appeler les grands parents ou attendre encore un peu, juste pour être sûre. L’amoureux accompagne le grand à l’école, j’appelle ma mère pour lui dire que peut-être qu’il faudra qu’elle le récupère à la sortie, je reste assise là, guettant les mouvements du ventre, essayant de déchiffrer les signaux, coincée entre excitation et peur. L’amoureux revient. Non, vraiment, c’est maintenant. Je caresse mon ventre. « C’est le moment mon bébé. Il va falloir qu’on soit forts, tous les deux. Ne t’inquiète pas mon bébé, tu vas devoir traverser une épreuve, mais je vais t’aider du mieux possible, et ensemble on y arrivera. Ne t’inquiète pas mon bébé, on est tous les deux et bientôt on se rencontrera enfin ».

Voiture, route, virage à droite, aïe ! Virage à gauche, aïe ! Ralentisseur, aaaaaaaïeuuuuuh ! La douleur qui augmente, qui brûle jusque dans les jambes, qui ouvre le corps, qui déchire le ventre, qui coupe le souffle. Encore des virages, et la brume sur la campagne. On dirait qu’il va pleuvoir. Le rond point, première à droite, la route qui monte, pas de place, le parking du dessus, on tourne plusieurs fois. J’ai la vue brouillée quand on s’arrête enfin. Chaise roulante, ascenseur, « bonjour Madame, je crois que j’accouche ». Elle me répond « dossier, résultats d’analyse, avez-vous votre carte vitale, contractions toutes les combien, et qui est votre gynéco, et monito, salle de naissance, dilatation,… ».

Par la minuscule fenêtre je vois l’extérieur. Un bout de mur et la pluie qui tombe. Elle s’appelle Emmanuelle et elle m’a entendue. Elle m’a écoutée. Je lui ai dit « je vous fais confiance » et elle a tout fait pour nous aider à vivre notre moment, de la façon la plus douce. Et elle m’a fait confiance aussi, et à ce bébé qui se battait pour naître.

Et puis à l’heure du déjeuner, une dernière inspiration, un dernier effort, une dernière douleur, pour un premier cri.

Le plus clair de tous les cris. Comme un chant, comme une rivière. Un cri qui dit « je suis maman, pour la troisième fois ». Un cri qui dit « j’ai un fils ». Un cri qui dit « je t’aime pour toute la vie ».

C’était il y a un mois et c’est comme hier. Comme il y a un an et demi, et comme il y a 5 ans. Comme à chacune des fois où j’ai plongé mes yeux dans les vôtres, pour la première fois. Comme à cet instant précis où vous êtes là, près de moi, l’une se reposant, l’autre regardant un film et le dernier faisant la sieste. Tous les trois, tout près de moi.

Pour toute la vie.

image

Publicités

15 réflexions sur “30 jours

  1. Punaise ça m’a donné des frisson de bon matin !!
    Je me revois au dernier accouchement. Les douleurs qui débutent en pleine nuit, lever qd même les 3 autres le matin, préparer des cookies pour les SF, une quiche pour l’homme le soir avec les filles, aller acheter le pain, être obligée de s’arrêter au milieu du passage piéton à cause d’une contraction, attendre la fin du repas de midi, avec le visage qui se déforme par moments.
    Puis finalement, qd on sait que tout le monde a bien mangé, appeler les beaux-parents, et partir.
    Et revenir 3 jours après à une de plus… ❤

  2. Les instants qui précèdent l’arrivée d’un petit bout on ne les oublis jamais. Je me souvient de discussion avec ma grand-mère qui se remémorait avec détails la naissance de chacun de ses fils (4 la courageuse !). Les naissances de ma zouaves je les raconterait également à mes petites filles (si j’aurais ds petits filles d’abord !!), quand les me demanderont.
    Bienvenue à ton petit boy
    Bises à ta tribu

  3. bonjour , j ai vecu la meme chose 7 fois , le plus grand va avoir 22 ans le plus jeune a eu 2 ans , c tellement magique , des moment qu on oublis jamais ………….

  4. J’ai l’air malin avec mes yeux qui brillent, à présent ; obligé de me planquer derrière l’écran en attendant que ça sèche.
    C’est tout beau, tout doux, tout émouvant.
    Bon moiversaire. Bonne vie(s).

  5. Je découvre ton blog via le tag de papacube. Et je vois que je tombe au très bon moment pour souhaite un bon premier mois à ton petit dernier.

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s