Les regarder dormir.

wpid-20140221_181624.jpg

Une des choses que j’aime le plus au monde, avec le foie gras, la raclette et les îles flottantes, c’est regarder mes hommes dormir.

Le grand et les 2 petits.
Mon mari et mes enfants.

J’ai toujours dit que j’étais sûre d’aimer mon mari, même avant qu’il ne le soit, parce que quand je le regardais dormir j’étais pleine d’amour, une grande bouffée qui nous accroche un sourire niais.

Cela me le fait encore, après 10 ans (et demi) d’amour et de vie commune. Un peu moins quand il ronfle par contre.

Les nuits qui ont suivi les 2 naissances de mes enfants je n’ai pas dormi.
Pas parce qu’on ne me laissait pas faire, au contraire les sages-femmes me disaient « profitez-en!! Dormez vous aussi!! »
Mais non impossible. Je passais mes nuits à les contempler. Mes merveilles.
Ces petites choses toutes douces étaient à moi. ENFIN!
Après avoir passé 9 mois à les imaginer, à essayer de visualiser tous les visages possibles, toutes les mimiques qu’ils pourraient avoir, à qui ressembleraient-ils?
Et finalement,  une fois qu’ils sont là, on se dit qu’on n’aurait pas pu imaginer qu’ils soient si beaux, si parfaits. Que finalement on s’en fout de savoir à qui ils ressemblent, on le sait, ils sont de nous. Et ça se voit, ça se sait.
Des heures à scruter les moindres détails, à écouter la moindre respiration, à aimer les grands soupirs qui veulent dire « aahhhh je suis bien là », à les regarder sourire pendant leur sommeil, se demander à quoi ils rêvent, à quoi ils pensent (est-ce qu’ils m’ont entendue hurler juste avant qu’ils arrivent?!)

Et maintenant qu’ils sont grands, je les regarde quelques minutes, quand ils sont endormis et que je vais me coucher. (Oui bon pas trop longtemps parce que maintenant je suis hyper crevée moi!)
Je leur caresse les cheveux, en répétant souvent les mêmes mots « Bonne nuit mon chaton/poussin (selon celui à qui je parle), fais de beaux rêves, je t’aime très très fort et je suis heureuse de t’avoir dans ma vie. »

Ces derniers temps, le petit de 4 ans commence sa nuit dans notre lit, parce que sinon il fait l’andouille avec son frère (grand de 8 ans).
Et quand je vais me coucher, je m’allonge un instant à côté de lui, et, comme quand il était tout bébé, je le regarde dormir, respirer, et je souris. Niaisement.
En réalisant que j’ai une chance folle.

Parfois, de petites choses viennent rompre le charme et laissent la place aux fous rires. Oui, mes enfants parlent en dormant.

Hier soir, par exemple, je me suis mise à côté du petit de 4 ans, il bafouillait des trucs, et d’un coup il sort  » ‘tention je te tue t’es mort! pichhh pichh pichhh » (non ce n’est pas moi qu’il tuait. Enfin je ne suis pas sûre remarquez!)
Un fou rire immense m’a pris! Et lui dormait si bien, c’était génial!

Quand je lui ai raconté ce matin, il a ri au moins 10 minutes et son frère a failli s’étouffer avec ses céréales!

Et dans les moments là aussi, je me dis que j’ai une chance folle.

Publicités

8 réflexions sur “Les regarder dormir.

    • Oui, chez les Moukraines on est comme ça! 😉

      PS: J’adore ton pseudo, d’ailleurs mes enfants je les appelle souvent Mironton et Barjabulle!


  1. J'avoue, on se moque aussi beaucoup de leur position d'endormissement. On retrouve parfois l'Aîné endormi comme quand il avait 5 mois : sur le ventre , fesse remonté. Par contre, les "câlins je t'aime, toussa", on se les fait juste avant d'éteindre la lumière.

    • Alors tout ça je leur dis avant aussi hein! J’aime bien leur répéter quand ils dorment parce que souvent, même en dormant, ils sourient quand je leur parle et j’adore!

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s