Plus près de toi, mais pas trop quand même

cruisader01
Le visuel de ce fier et magnifique Croisé nous a été fourni par le célèbre Papacube, qui a également peinturluré cette petite figurine, avec force détails réalistes. Qu’il en soit vivement remercié ! Alleluia !

Alerte enlèvement !
Mon envie d’écrire et mon inspiration ont disparu. La dernière fois qu’on les a vues, c’était il y a environ 15 jours, peu ou prou. Elles ont pris le frais dans un CMS et depuis, pfuit, plus rien.
Nada.
Notez bien que comme je gagne péniblement ma croûte en écrivant, ça pourrait être embêtant, mais fort heureusement, j’arrive encore à pondre sans peine des articles sur les portes coulissantes à galandage, les erreurs à ne pas commettre en entretien de recrutement ou la lutte contre les hémorroïdes.
En gros, là, je vous fais le coup de la panne. La vraie, grosse panne (c’est super difficile à dire, surtout si on est un peu bourré).
Et comme on est un blog collectif, j’ai la pression de ma hiérarchie, qui sous prétexte d’aimer ma plume, oui, d’aimer ma plume, ça n’a rien de sexuel, me demande TOUS LES JOURS, non pire, dès qu’on se parle, c’est-à-dire PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, si j’ai un brouillon de prêt et quand je vais arrêter de me foutre de sa gueule parce que bon quand même, je pourrais écrire de temps en temps, sinon, je vais me faire virer et puis c’est tout.
Cédant donc à l’odieux chantage de ma n + 1, je vous gratifie d’un de ces billets dont j’ai le secret, à savoir un billet écrit sans savoir comment il va finir, et tout simplement s’il va finir et surtout pourquoi je l’ai commencé.

J’avais bien une vague idée de sujet, au départ, je voulais parler de la pluie qui tombe de traviole, mais maintenant qu’il fait beau, ce n’est plus d’actualité. Par ailleurs, en ce qui concerne la pluie, j’ai également noté que d’abondantes chutes d’eau du ciel avaient l’immense avantage de ne pas me procurer de suées en regardant mes carreaux : eh oui, amie ménagère – il n’y a donc pas de masculin, on ne peut être qu’une ménagère, pas un ménager, bande de connards -, quand il pleut fort contre les vitres, on ne voit pas qu’elles sont dégueulasses. Voilà un bon truc de grand-mère efficace et simple : comment faire pour avoir des carreaux impeccables ? Demande à la pluie de tomber, dru et de traviole contre tes fenêtres, tu n’y verras goutte que du feu.

A l’origine, je voulais vous entretenir de religion, et puis finalement, j’ai changé d’avis je suis un peu lâche. Sauf qu’entre temps, je me suis souvenue de cette formidable sortie de mon ex, le père de mon fils aîné: « Ma mère va à l’église comme toi tu vas au Franprix ». Et par la même occasion, j’ai pu me remémorer à quel point mon ex et sa mère avaient pu me faire chier, pendant des années, me faire souffrir aussi, tout particulièrement avec leur religion à la con.
Il faut tout de même que je vous situe cette ahurissante saillie dans son contexte : quand on s’est séparés le père de mon fils aîné et moi, sa tarée de mère emmenait mon fils, qu’elle gardait un week-end sur deux puisque monsieur avait bien mieux à faire que de s’occuper de sa progéniture, à la messe (dont elle est folle. Contrepèterie inside). Sans jamais me demander mon avis, cette femme malfaisante avait décidé d’évangéliser, vaille que vaille, son petit-fils, puisque né, certes de son fils, mais surtout de moi, une mécréante inclassable, faisant partie de ces gens, dixit la dame, « qui n’ont pas de religion ». D’ailleurs, mon ex était d’accord, et lui déléguait volontiers cette mission, puisqu’il m’avait dit qu’il « ferait tout » – je n’ai jamais su ce que ça signifiait exactement – pour que son fils soit baptisé.
Autre élément de contexte à connaître, qui est peut-être un détail pour vous, mais qui pour moi veut dire beaucoup : ma mère est ashkénaze et feu mon père était kabyle, ce qui fait que techniquement, je suis juive ET musulmane, deux fois plus de raisons de ne pas manger de cochon (mais j’en mange quand même). Alors, ouais, accrochez-vous les gens.
Mais fort heureusement pour moi finalement, je ne suis pas croyante, et encore moins pratiquante. Je n’ai rien contre le fait d’être croyant, sachez-le mes bien chers frères et mes bien chères soeurs. Je suis juste effarée par tout ce que l’on a pu faire et que l’on fait encore au nom de la religion, déteste les dogmes et les pratiques collectives rituelles, qui m’effraient, probablement parce que je n’en saisis absolument pas l’intérêt, et dont le côté folklorique et costumé ne m’amuse pas non plus.
D’où mon aversion prononcée pour les messes et autres cérémonies incantatoires, mais aussi les bizutages et les enterrements de vie de jeune fille. Bref, on s’en fout.
Quand j’étais petite, la plupart de mes copains et copines de l’école allaient au catéchisme : je les enviais, essentiellement parce qu’ils goûtaient chez une de nos voisines, une dame gentille mais un peu nunuche. J’avais du mal à comprendre en quoi ça consistait exactement. J’en retenais qu’ils apprenaient des trucs assez mystérieux sur Jésus-Christ, sur la foi, à propos de laquelle j’ai fini par découvrir que ce n’était ni un organe ni un truc de magie, qu’ils avaient des cadeaux au moment de leur communion et surtout qu’ils me filaient des dragées. C’est que j’aimais bien ça, moi, les dragées.
Devenue adulte, du moins, j’en ai bien l’impression, j’ai remarqué que les personnes aveuglées par leur foi avaient une propension a faire du mal aux autres en toute tranquillité, puisqu’ensuite, il leur suffisait de demander pardon. C’est simple, efficace et indolore. Jamais de mauvaise conscience, pas la moindre vraie compassion, aucune once d’humanité, contrairement à tout ce qu’on leur enseigne à coups de livres saints, quels qu’ils soient, sur le crâne.
Je ne suis pas bouffe-curés, même si j’aurais eu au bout du compte d’excellentes raisons de l’être, je veux juste qu’on me foute la paix.
Qu’on ne m’impose pas une manière de penser, de manger, de me coiffer (sauf si ça peut me sauver du désastre capillaire et faire disparaître la multitude de frisottis qui foisonnent sur mon crâne), de vivre.
Qu’on laisse aussi mes mômes tranquilles. De toutes les façons, mon ex et sa mère ont foiré leur coup : ils n’ont pas réussi à remettre mon fils aîné dans le droit chemin. Leur programme d’évangélisation a lamentablement échoué, provoquant, ce qui est fort compréhensible, un rejet massif mais très argumenté des questions religieuses chez ledit garçon.
Lui aussi brûlera en enfer.
Comme sa mère.

Publicités

5 réflexions sur “Plus près de toi, mais pas trop quand même

  1. Ah ben tu vois que tu en avais des choses à raconter !! Le catéchisme, la messe de BM…. Punaise la messe quoi…
    Pour moi la messe c’est « Jésus reviens parmi les siens quoi!!!  » ^^ (blasphème)
    Pour moi la messe c’est une petite anecdote de type souvenir. Une messe de Noël, moi 8-10 ans, devaient me faire ch…. j’avais pris ma game boy. Et au moment des « levages/asseyages/levages/asseyages », j’ai malencontreusement retiré le banc, et vlam ma cousine s’est vautrée par terre… Fou rire de l’assemblée… Engueulage de ma personne… (blasphème2)(mécréante)
    On brûlera tous en enfer !!!!!!!!!!!!

    • Pas mal l’histoire du banc ! Mais d’autres gens ont dû tomber aussi non ? Et je n’ai pas précisé que tous les Noël, ils voulaient m’obliger à aller à la messe de minuit. J’avais toujours envie de leur poser la question qui fâche que mon père adorait poser « Mais au fait, à quelle heure c’est exactement, votre messe de minuit ? ». Un peu comme le cheval blanc d’Henri IV…

      • AH non il n’a qu’elle qui est tombée !! C’était un petit banc, et j’avais prévenu mon frère qui était de l’autre côté ! Moi aussi c’était lors d’une messe de Noël ou de Pâques où l’on m’avait « trainé de force aussi »… Je me rappelle qu’aussi j’avais pris mon livre de l’époque « LE CID » et que je lisais en le planquant derrière le livre rouge là (comment il s’appelle m… me rappelle plus !!)

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s