Qu’est ce qui vous ferait plaisir ?

plaisir

J’ai une fierté qui est aussi ma croix, je suis plutôt généreuse, mais  tendance névropathe, façon pathologie méconnue. C’est comme si j’avais un truc à payer, une dette karmique d’une vie où j’ai dû être une sacrée connasse pour avoir à ce point là envie de rembourser.
Ça prend différents aspects, du plus sympa au plus socialement handicapant, ça génère beaucoup de rigolades auprès de ceux qui me connaissent, mais ça m’a aussi valu de grandes espérances et, par voie de conséquence, de grandes déceptions.
En règle générale ça reste assez basique : tickets restos au mec qui dort en bas de chez moi ou à la dame qui vit dans la cabine téléphonique avec sa fille de 8 ans (expliquez-moi comment les gens font pour passer devant sans qu’elles aient l’air d’exister parce que moi je ne comprends pas). Parfois une pièce ou deux aux musiciens du métro, aux femmes qui font la manche…
Tout ça j’estime que c’est une forme de devoir, je gagne bien ma vie, je participe aux actions de diverses associations, une forme de toute petite redistribution que je sais pouvoir me permettre, je n’attends aucune médaille, j’ai été élevée comme ça.
Et puis est venu l’internet et le réseau social. Le réseau social vous voyez ? Celui qui te donne de nouveaux amis incroyables, super drôles et que tu as l’impression que tu les connais depuis mille ans parce qu’ils mettent des coeurs sous toutes tes photos et aiment tout ce que tu dis. Ces nouveaux amis ont parfois des vies super tristes que même toi en dépression hivernale juste rescapée d’un gros burnout professionnel et avec une maladie de peau bizarre tu ne la ramènes pas tellement la vie du nouvel ami est pourrie.
Le nouvel ami, tu ne l’as pas encore remarqué, a une vie particulièrement pourrie et triste et désargentée à l’aube de Noel, des anniversaires de ses enfants et de différentes dates symboliques.
Tu le plains ce nouvel ami et tu lui demandes ce que tu pourrais faire pour lui. Il te répond que rien, que c’est pas bien grave si son enfant va pieds nus à l’école dans un pantalon troué que c’est la vie et qu’un jour viendra où il fera beau, que les jouets c’est un luxe inutile et ce nouvel ami conclu que ça ne vaut pas le coup de s’inquiéter pour lui, il ira bien.
Bien évidemment, le nouvel ami du réseau social trouve en moi assez rapidement un mécène inespéré. Après quelques manoeuvres grossières pour trouver son adresse me voilà en train de fournir chaussures, habits neufs, jouets et tout le nécessaire au quotidien du nouvel ami. Le nouvel ami poste alors les photos de ses enfants enfin heureux et ne mourant plus de froid de faim et de solitude, je pense que j’ai bien fait, je vois que je ne suis pas la seule, je trouve ça drôlement formidable cette solidarité entre gens qui ne se sont jamais vus.
Passent les saisons et les cadeaux et viennent les premières interrogations : quand même ce nouvel ami cumule les ennuis familiaux, tout son matériel tombe en panne par cycles réguliers, ses enfants semblent tout casser dans la maison sans que jamais aucune raison ou réprimande ne les atteigne, pareil pour ses chaussures qui se trouent plus vite que les miennes qui marche pourtant beaucoup, son téléphone, son ordinateur…
Un jour j’en parle avec une autre amie du réseau social qui contribue au mécénat du mieux qu’elle peut. On s’inquiète de ce cycle de poisse que vit notre amie commune, on échange les histoires, on croise et on commence à comprendre. Que peut-être tout ne se passe pas si mal, que peut-être nous sommes de grosses gourdasses, que peut-être le nouvel ami du réseau social n’est pas tant que ça notre ami même si nous lui avons ouvert une ligne expédition sur notre compte amazon.
Le nouvel ami du réseau social n’aime pas trop mes interrogations, il est très déçu, il me bloque, bloque l’amie commune, le blocage du réseau social étant la forme arme nucléaire du mécontentement 2.0. Le nouvel ami ne veut plus être ma copine.
Au fond, ce que je reproche le plus au nouvel ami du réseau social ce n’est pas ce que j’ai dépensé pour lui, c’est qu’il m’a rendue méfiante, sur mes gardes. C’est qu’il m’a ôté cette espèce de spontanéité du don, certes pénible à mon mari par sa fréquence, mais qui était partie de moi.
Aujourd’hui sachez le si vous avez des chaussures trouées et que vous comptez sur moi, je ne pourrai pas m’empêcher de regarder ce que je peux faire pour vous, mais ce sera peut-être juste une semelle ou un bon sparadrap…

Publicités

24 réflexions sur “Qu’est ce qui vous ferait plaisir ?

  1. Mais heureusement qu’il existe des gens comme toi ! Tu es généreuse, ouverte, tu penses à ton prochain, à celui qui souffre dans la rue, celui qui ne mange pas sa faim… Hélas, certaines profitent de ta générosité et ça, c’est vraiment moche parce que ça fait du tord à d’autres à qui tu pourrais apporter ton aide et ton soutien.
    Merci pour cette leçon de générosité mais comme tu le sous-entends, méfions-nous de ceux qui auraient tendance à en profiter.

  2. Mince… inversement j’ai beaucoup de mal à accorder ma confiance, il me faut du temps. Ce n’est pas forcément mieux.
    C’est désolant de devoir en permanence se méfier.
    Tu es un cœur en or ! Une personne précieuse quoi. 😉

  3. Mais non, c’est pas possible ça ! Mon dieu je suis bloquée au pays des bisoucornes ou quoi? J’hallucine !
    Quant à toi, tu es une perle !

  4. Mince alors !
    Tu es une belle personne – la générosité spontanée n’est pas aisée ! Je donne aussi mais j’ai tendance à me méfier… Le laveur de votre qui fait semblant de boiter, la jeune fille avec son bébé me fait quand même de la peine et inspire compassion.
    Mais virtuellement je ne sais pas si j’aurais osé – J’ai tendance a trop me méfier je pense.
    Mais c’est moche d’abuser de la confiance et gentillesse de gens comme toi… Qui se font rares !

  5. Alors, surtout, saches que ça doit être du cas isolé (enfin, je l’espère) et que des gens bons (et non des jambons qui ne seraient pas Cacher) il y en a. C’est pour cela que l’humanité a été crée. les autres, ce n’est que des erreurs de parcours dans la vie méritante du mécène anonyme. Continue comme ça. (c’est le petit mot d’encouragement en bas de ton bulletin scolaire de mécène au coeur chamallow)

  6. Bon, alors moi, j’ai des chaussures trouées. Ça tombe bien, j’en ai vu des vachement bien dans une boutique, et en plus, c’est les soldes ! Donc si ça te dit, hein !! 😉 D’ailleurs, j’ai aussi mes robes qui sont trouées, mes pantalons, mes chemises, et idem pour les fringues de mes enfants.
    Bon plus sérieusement, c’est super d’être comme ça ! Chez moi, c’est mon mari qui est comme ça… et il s’est fait abuser plus d’une fois !! Mais que veux tu, on ne se refait pas… Mieux vaut être tourné vers les autres que replié sur soi, car au final, même si on se fait avoir de temps en temps, on a beaucoup plus à y gagner !

  7. Quand je suis avec Baptiste, c’est à lui que je confie la monnaie à donner dans la rue. Mais il ne pose pas encore de questions sur : » pourquoi le monsieur il n’a pas de maison ?  »
    Je connais ta générosité 😉 ; en ce qui concerne ta mauvaise experience , je dirais qu’elle t’aura permis d’être plus prudente, mais je sais que tu continueras à donner : c’est dans ta nature 😉

  8. J’ai des chaussures trouées !!!!

    mais ce sont des sandales, ouf !
    Je vois bien l’histoire de cette histoire. C’est quand même bien, je trouve, d’être bon. Ainsi va l’avis… Bises Fabienne.

  9. Des connasses tu en trouveras toujours. Et alors?
    Ca ne doit pas te faire changer. Parce que ceux qui t’aiment vraiment t’aiment pour ce que tu es, une belle personne.
    Non, ne change rien.

  10. Ma maman étant la générosité incarnée (genre mélange de Bill cosby, Abbé Pierre et autre Coluche) je fus éduquée dans l’idée que donner aux autres est normal et juste. Cela dit, ayant aussi repérer que certains abusaient grave de la gentillesse de môman (qu’elle soit canonisée !) j’ai noté cela dans un coin de ma caboche pour éviter les couillonnade.
    On se refait pas, je suis fière comme Artaban quand je vois un de mes gars faire preuve de générosité.
    Bises

  11. Nous avons la même amie du net… je crois…
    Et j’avoue avoir fini de la même manière en étant bloquée
    Je n’ai pas compris pourquoi sur le moment j’ai même chercher à comprendre, mais pour mes faibles ressources ce fût un vrai soulagement…
    Mon mari me dit qu’il serait temps que j’arrête d’être un saint Bernard pour tout le monde ,sauf si je gagne un jour au loto ou à l euromillion!!!!!

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s