Voyager avec ma vessie

vessie

Difficile à poser dans une conversation élégante de début de soirée chez de nouveaux amis mais voilà je me dévoile aujourd’hui en toute transparence, j’ai un plancher de vessie dévié. Plus prosaïquement j’ai envie de pisser très souvent dans mes bons moments, et toutes les 20 minutes les soirs de poilade avec bières ou cidre au programme. Je suis devenue archi pointue sur le sujet et particulièrement sur la recherche de toilettes où que je sois.
Si au moins ça m’avait filé un périnée en béton mais même pas, j’ai eu droit comme tout le monde, et malgré une césarienne, à mes 10 séances de pacman de la choune « new high score !  20 fruits éclatés ».
En revanche, si vous avez un doute, une question, besoin d’un plan chiotte public et non irradié dans toute l’Europe, n’hésitez pas à m’envoyer un message privé, je connais à peu près toutes les astuces faire-pipi-pas-chez-moi de tous les endroits que j’ai pu visiter pour le boulot ou les loisirs. Quand je vois tous les guides pratiques qui sont aujourd’hui écrits, et même parfois vendus, je songe parfois à écrire le mien que l’on pourrait emmener partout, illustré avec distinction et élégance : « Voyager avec ma vessie », ça claque non ?
Le pays que je recommande à tous les gens comme moi (en plus de toute la compassion que j’ai pour eux), c’est le Japon. Au Japon tu peux non seulement te soulager partout, mais en plus tu as affaire à une artillerie toiletistique inégalée : sons, ventilateur, sèche-chose, rince-machine. Et si jamais par malheur, je dis bien par malheur, tu ne trouves pas le lieu adapté à ton hygiène, en plus de consulter d’urgence un(e) professionnel(le) pour ta névrose, tu as la possibilité de faire l’acquisition de petits cônes élégants de papier légèrement cartonné qui te permettent, luxe ultime, de pisser debout. Oui, oui, debout, une main sur la hanche, pépouse, tu peux même faire semblant de te gratter les bijoux de famille que tu n’as pas avec classe. Quel beau pays.

Voici quelques uns de mes meilleurs conseils, vraiment ne me remerciez pas, ça me fait plaisir et c’est ma modeste contribution au renflouement de la sécu pour toutes les cystites de rétention que ça vous épargnera.

– Toujours avoir un bon gros paquet de mouchoirs en papier et plutôt deux (notez le professionnalisme induit de la blogueuse qui ne cite plus la marque sans avoir reçu préalablement sa caisse du dit objet). « Évidemment qu’elle est con celle là ! » vous dites-vous, de manière fort peu sympa. Oui d’accord, vous avez pensé à la pénurie de papier qui semble envahir tout le territoire dés lors que le toilette est public. MAIS PAS SEULEMENT MALHEUREUSE ! Il faut aussi songer à ce moment embarrassant où tu n’arrives pas à rester en équilibre pour diverses raisons : fin de grossesse, chaussures inadaptées, rencontre inopportune avec un jerrican de mojitos… A ce moment là il sera bienvenu de composer un petit matelas sur la cuvette et un paquet entier vous le verrez n’est pas de trop.

– Repérer les grands magasins : le grand magasin est l’ami du plancher de vessie dévié, sa clientèle étant composé à près de 50% de personnes du 3ème âge, il comporte toujours une infrastructure chiottesque conséquente. Attention toutefois, les années passant, il devient de plus en plus fréquent de trouver celle-ci au dernier étage du magasin qui donc est grand, et haut. Se ruer vers le fond du magasin en poussant tout le monde ne sert à rien, c’est 4 étages minimum à prévoir (5 au printemps Haussmann et au BHV pour les parisiennes, attention le Printemps est farceur, maintenant c’est seulement au printemps Maison)

– Savoir faire une tête de femme décidée, professionnelle et saine et être en capacité de la transformer d’un coup en tête de chat potté, pourquoi ? Pour le café/bar/auberge/relais de poste/taverne/gargotte où vous allez rentrer SANS consommer en demandant d’une voix ferme « Puis-je utiliser vos toilettes s’il vous plait? ». L’option chat potté marche bien avec le propriétaire récalcitrant qui vous demande si « elle veut un café avec? ». Inutile de lui expliquer que le café n’arrangera pas vos affaires dans l’heure suivante, en revanche vous pouvez tenter de gonfler le ventre pour l’amadouer avec un début de grossesse, enfin moi je peux.

– Avoir une petite bouteille d’eau à disposition en voiture.  Si, si c’est possible. Avoir aussi de quoi se nettoyer les doigts et potentiellement le siège. Oui.

– Bien se tenir à la barre, mais vraiment bien, dans les chiottes du TGV. Si c’est la phase où il y a de gros virages et où le train est à pleine vitesse, bonne chance et comme on dit « ça tâche pas heureusement ». C’est vrai, mais un récent Paris-bourg en Bresse m’a démontré que ça met du temps à sécher, surtout sur toute la longueur de la jambe…

Et comme je note qu’en ce moment la tendance est aux jolis dessins DIY et que je ne recule devant aucun défi, j’ai décidé d’illustrer cet article moi même, sans Margaux Motin ni Papacube (ambiance fear factor).

Publicités

39 réflexions sur “Voyager avec ma vessie

  1. Les toilettes du Bon Marché (Paris) m’ont très souvent empêchés d’exploser de la vessie (et en plus ils sont nickel 🙂 )

  2. Oh mais non mais j’ai trouvé mon double !!!!
    Moi aussi je suis pareille que toi ! Pour des raisons différentes de type pas très festives (j’ai été paralysée d’en bas et du côté droit dans ma jeunesse). Et donc je suis dotée d’une faible autonomie comme toi. Très. Qui fait sourire la plupart des gens. Moins moi.
    Alors tu vois j’ai pas les mêmes techniques que toi. Car moi (punaise faut que j’aille au Japon) j’ai un problème avec l’hygiène. Je ne peux pas poser mon postérieur sur des toilettes sales – qui puent – chelou… Donc jai j’ai opté pour l’option « nature ». Je suis tout-terrain, je peux faire pipi un peu partout : entre les portières de ma voiture, derrière des fourrés, dans des buissons…
    Sur les trajets en voiture (les aires sont mes ennemis) DD s’arrête où il peut « viiiteeeeee » et je m’adapte 😉
    Idem pour les bars (je gonfle mon bidon ou prétexte que c’est pour les enfants 😉 )
    Mais je n’ai jamais testé le pipi inzebottle (comment tu fais??????)
    Ah quel plaisir de savoir que je ne suis pas seule !!!! Merciiii je suis soulagée (huhu jeu de mots pourri)

  3. Comme je te comprends, je ne tiens même plus ma nuit entière…
    Je suis capable de faire partir mes hommes installés dans un resto si les toilettes ne sont pas propres…
    Et tiens un jour je te raconterai la fois où je me suis retrouvée à faire pipi devant un public ébahi alors que je me croyais isolée…
    Dis tu m’emmèneras au Japon?

  4. Je te propose que l’on créait un guide : « les toilettes à disposition ». Dedans, on recenserai les toilettes cachés : ceux des Pôles emploi en étage (et libre service), les toilettes d’entreprise sur palier… Je suis une pro..;et toi aussi.
    Pour le papier, c’est évident et pourtant, j’ai dû une fois retirer l’une de mes chaussettes (qui a ensuite été jetée) pour essuyer l’une de mes puces…faute de papier !

  5. Ce livre/guide serais un best seller !!
    Le grand hôtel est pas mal aussi, personne ne te demande rien est zou un pissou dans tes gogues propret de surcroit. Moins chic mais pratique les grandes chines décat, casto, kiabi et autres ont très souvent des wawas dispos .
    Bon j’ai bien rigolé, et comme tu le sais la poilade n’est pas la meilleure amie de ta vessie…

  6. Haaaaan mais j’adore ton article !!! Les toilettes c’est la vie, il nous faut ce guide absolument !!
    J’ai réussi à faire pipi dans les toilettes d’une gare réservée uniquement au personnel en faisant semblant d’être enceinte.

    Les moukraines je vous adore ♡♥♡♥ !!

  7. Non mais « pacman de la choune « new high score ! 20 fruits éclatés » » !
    Tu déchires (oups pardon pour le jeu de mot pourri).
    En vrai, ça doit être super pénible d’être « une pisseuse. »
    Bises et bravo à la warrior des toilettes (et des dessins « home made »)… Papa Cube a du soucis à se faire 😉

  8. les cabinets médicaux sont faciles à repérer et pas de palabres pour y parvenir.
    dans les bars, si on m’emmerde, je dis que je suis désolée, mais que j’ai mes règles, alors il me laisse aller dans ses gogues ou j’irai m’asseoir sur ses banquettes en skaï qui puent. mon arme : faire que l’autre soit encore plus gêné que vous!

  9. Je veux pas faire la rabat joie de service, mais il me semble qu’il existe une application…. Pour trouver des toilettes proches de l’endroit où tu te trouves. Et il y a même des particuliers qui louent leurs toilettes! Mais je pense que c’est une bonne idée de départ pour ton bouquin, avec ton humour ce serait un régal!

  10. Je n’ai pas ce problème de plancher dévié. Par contre, depuis mes grossesses, j’ai un périnée qui n’est plus ce qu’il était. Bref. Donc en période de rhume et éternuements à répétition (comme en ce moment) (oui, moi je suis enrhumée l’été), j’ai intérêt à ne pas laisser une vessie trop remplie. Donc voici ma question : à la plage comment tu fais ?

  11. Pas de souci de ce côté là pour moi, par contre je suis tombée sur une pub pour ça: http://youpee.fr , ça peut aider peut être? En tout cas je réfléchis à me procurer la chose, pour ma fille surtout, 9 ans, pas toujours simple pour elle de faire pipi dans les toilettes publiques… (Même si j’essaye toujours d’avoir sur moi des protections jetables http://www.easyparapharmacie.com/fr/orgakiddy-protege-cuvette-de-toilettes-jetable-x10.html ), et en pleine nature, c’est pipi assuré sur les chaussures…

  12. C est malin, maintient j ai envie !
    Je me sens moins seule ! Et je veux bien t aider dans la rédaction de ton guide …
    Ça le serait très utile 😉

  13. Je connais un coin sympa à Paris où se soulager tout en admirant la déco de travers, mais au vu de ce que je lis, ça risque d’être occupé souvent.
    A mon plamares « pipis intempestifs humilants », j’ai l’entrée du Stade de France, le camp d’entraînement militaire, la route déserte soudain devenue l’A6 intérieure un vendredi soir et la voie ferrée pile au moment où un train passe… et s’arrête pour cause de travaux.

  14. Mais tout pareil sur tous les points ! et je passe souvent pour une mère formidable aux yeux de ma fille car quand il s’agit de lui dégotter des toilettes ou de la soulager où que l’on soit, j’assure 🙂 j’ai même utilisé le pot en roulant (enfin pas moi au volant) mais ça je ne l’ai pas raconté dans le billet en question 😉

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s