Canelé assassin, parents complices !

frites au vert

Voilà, je viens de passer deux mois complets de vacances. 2 mois. Ça ne m’était pas arrivé depuis la fac au siècle passé, et depuis mon congé parental, que je n’ai jamais bien perçu comme des vacances en fait.
En résumé j’ai pas foutu grand-chose dans différents endroits plutôt ensoleillés (oui ben Miss Météo ça a parfois du bon) et surtout j’ai passé un max de temps avec mes enfants. Enfin essentiellement avec le petit parce que l’ado lui a majoritairement passé du temps dans sa chambre, sur son téléphone et aux chiottes puis chez sa mère en ayant l’air de se faire chier du matin (à partir de 11h45) jusqu’au soir avec une tête de chanteur de new wave de 1983.

Le petit lui a bien compris qu’il rentrait au CP là après-demain, le mot d’ordre de l’été était donc : été de la déconne, option rébellion et défis. Son terrain de sport préféré : les repas. J’ai déjà évoqué ici son penchant pour l’à peu près rien en terme de nourriture, visiblement il souhaitait relever un challenge personnel.
Ceci nous a valu de grands moments comme, par exemple, téléphoner au restaurant avant d’y aller pour des conversations épanouissantes telles que “Bonjour, nous souhaiterions réserver une table, mais sinon est-ce que vous avez des frites ?”. Puis au restaurant “et est-ce qu’on pourrait avoir des frites, mais sans peau, sans poivre et surtout n’allez pas faire le mariole à nous coller du persil ou une feuille de salade merci d’avance”. Ambiance sympa dans les restos un peu créatifs où le chef a sans doute du filer au coccinelle local pour s’approvisionner en Mac Cain avant notre arrivée en maudissant ces “blaireaux de parisiens qui élèvent leurs gosses chez McDo”.
Enfin jusque là ça ne touchait que les entrées et les plats, depuis cet été nous avons eu l’immense bonheur de découvrir que la chianterie pouvait également s’appliquer au dessert. Sache, amie lectrice et au masculin, que si le public adulte est bienveillant avec l’enfant relou à frites, il devient a minima suspicieux et même hostile avec l’enfant relou à dessert.
Nous avons donc du engloutir discrètement un délicieux gâteau aux pêches rôties après différentes menaces suivies de commentaires édifiants tels que “non y’a du noir sur les pêches” “non il pue le gâteau”. Idem pour la barbapapa de la fête foraine restée collée à mes doigts et mon menton sans qu’il ait daigné la goûter “non y’a des paquets”.

Mais le point d’orgue de ces vacances fut sans nul doute le canelé au resto sur les bords de la Dordogne entourés de 250 touristes aux enfants accommodants et gourmets et d’un accordéoniste qui n’a rien à voir avec l’histoire, mais qui a contribué avec ses mélodies entraînantes à notre bonne humeur. Car oui, donc, moi, Fabienne Lepicdelaglaviouse, mère maltraitante devant l’éternel, j’ai acheté un canelé pour le dessert de mon enfant, et ce sans consultation préalable. Enfant qui a donc tout d’abord chougné devant le gâteau, tenté vainement de négocier un croûton de pain en échange puis finalement accepté sous la torture morale “tu goûtes ce canelé ou bien tu ne joues plus à Zombie tsunami jusqu’à la rentrée !” de goûter.
Et là, devant les mêmes 250 touristes et leurs mêmes enfants, et toujours avec un fond guilleret d’accordéon, le mien d’enfant a  vomi son morceau façon haut-le-coeur dans son assiette et s’est mis à sangloter qu’on ne faisait jamais rien pour lui faire plaisir. La maltraitance par le canelé, copyright Fabienne, été 2014…

Et donc, pour la jolie photo, des frites au vert qui ont l’air bien sympa mais qui finiraient sans doute dans mon sac à main ou sur mes pompes si elles étaient servies à mon fils (crédit photo Aniail)

Publicités

22 réflexions sur “Canelé assassin, parents complices !

  1. Mère indigne ! Un cannelé, tu n’as pas honte !! Moi je ne tente même pas le cannelé , je le mange oui !!
    Comme je t’avais dit on a un peu la même version relou du miam at home. On a aussi eu droit en vacances au « Ahhhh non pas de la salade et de la tomaaaaaate » (mini verdure accompagnatrice de frites) et « Moi j’aime pas, je préfère les crêpes de papa » (dans la meilleure crêperie Dinanaise – ben oui les galettes c’est degueu c’est bien connu).
    Dis moi, tu le mets à la cantine???

  2. Merci Fabienne, je me sens moins seule au monde. Ti’Loulou rechigne pour du fromage (surtout pas de gruyère sur les pâtes, pas de feta dans la salade grecque… sous peine de hauts le coeur) MAIS il adore les huîtres et le hareng fumé… Va comprendre 😦

  3. Le toubib de mes parents leur avait donné un truc infaillible: » affame les » du coup on mange de tout. Autant être maltraitant jusqu’au bout 🙂

  4. Ici nous avons eu la période avec le trio gagnant « nuggets frites ptits gervais au fruit » des mois que cela a duré et du jour au lendemain sans prévenir (du genre il te reste 40 tonnes de tout ces trucs que tu ne mangeras JAMAISS mais pour avoir la collec de magnet sur le frigo) ils ont remangé de tout..
    Le coup du cannelé ENORME quand même oO (la réaction du petit pas l’idée fofolle de vouloir lui faire plaisir)

  5. Pour ne pas avoir d’enfants, je ricane sottement encore heureuse d’être une nullipare. Enfin ricaner, jusqu’à ce que je me dise que mon chéri, lui, est un casse-bonbon pour le mioum. C’est simple, à part des morceaux de fromages il ne mange rien. Il n’aime pas grand chose et depuis que je suis avec lui, j’ai presque perdu 10 kgs. Bah oui heiiiin plus de nutella, plus de pain, plus de chocolat, plus de pizzas, plus de yaourts, plus de McDo ( oui même celui du dimanche flemme ou du lendemain des soirée), plus de crêpes, plus rien quoi !!
    J’espère de tout coeur que notre futur enfant tiendra de moi. Pipeplait ??

    Et ce doudou il mange quoi aloooors ? La curiosité me dévore Aha.

  6. Excellent billet (enfin pour moi lectrice, point besoin de l’accordéoniste pour me mettre en joie).
    Mes gars sont plutôt fastoche niveau bouffe, voir ce sont les seuls gnomes qui réclament de la salade verte genre (genre en soirée « binouze »/caouètes apéro dinatoire avec des potos) . Rassure toi ils peuvent se montrer chiantissime sur d’autres points (y compris en public et sans accordéoniste pour l’ambiance !).
    Bonne rentrée chez toi

  7. Je me marre ! Quelle beauté d’écriture pour dépeindre cette chianterie alimentaire ! Nous avons un beau spécimen en la personne de Grande Crevette et si ils s’étaient trouvés en Dordogne avec ton adorable gourmet au même restaurant, nous aurions sans doute fait fuir les 250 touristes et enfants conciliants… et peut être même l’accordéoniste.
    Nous avons cessé de nous battre à table, et déclaré forfait : échec et pâtes !

  8. ❤ La Dordogne est fourbe, c'est là que mon aînée a vomi son aiguillette de canard (menu enfant mioum) dans son assiette. Heureusement, elle n'avait pas encore mangé la feuille de salade, sous laquelle nous avons planqué le forfait. Depuis, elle mange absolument de tout (sauf des sushi, quelle misère).
    Moi je dis c'est du gâchis. Du coup, je garde tout pour moi (et mes hanches).

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s