Après l’invasion zombie

après l'apocalypse

Si j’étais née aux États-Unis (et non en 17 à Leidenstadt je vous arrête tout de suite), je serais survivaliste, c’est sûr, tous mes proches y ont échappé.
Depuis que j’ai une dizaine d’années, sans doute dû à mes lectures, aux films que j’aime et aussi à ma démence que je dois bien finir par admettre, je ne peux m’empêcher d’élaborer des stratégies pour survivre en cas de fin du monde, d’invasion zombie, de catastrophe nucléaire ou de victoire de Marine Lepen.
Je pense avoir lu à peu près tous les bouquins de fiction possibles sur le sujet, regardé toutes les séries et il est inutile de me téléphoner, en général, mais particulièrement un soir où repasse “je suis une légende”.
Curieux hobby qui me vaut des interrogations existentielles que je vais aujourd’hui partager avec vous parce que je suis à la fois altruiste et prévoyante et que si ça se trouve l’un ou l’une d’entre vous se trouvera sur ma route (où il y a eu du moove, une vie de roots ouais sur ma route) le jour de l’apocalypse.

D’abord il faut bien avouer que je suis super mal barrée puisque j’habite à Paris et on le voit bien à la télé, en ville tu te fais vachement plus vite bouffer que dans une ferme paumée, je ne parle même pas de l’idée saugrenue d’aller se planquer dans les tunnels du métro. Depuis donc très longtemps, dés que je suis en vacances, je tente de repérer à la campagne, la maison idéale dont j’aurais besoin pour déménager largement avant le gros bordel. Attention je regarde TOUT : position stratégique en hauteur pour voir arriver les zombies ou les hordes de méchants qui volent tes moutons. Isolement absolu dans le cas emmerdant de virus mortel, mais quand même proche d’un point d’eau parce que l’eau de pluie dans des seaux ça va 5 minutes, mais pour laver les gosses, surtout le petit, ça va pas suffire.
Il nous est déjà arrivé une ou deux fois de prendre des numéros de téléphone de maisons idéales puis je reviens à la raison et pense qu’en attendant l’apocalypse ça va être passablement chiant pour le ramassage scolaire (et aussi pour aller chez H&M).
Donc on reste à Paris, mais je m’informe, je regarde comment faire un potager, je me fais des copines qui ont des poules, d’autres qui savent faire du pain, d’autres encore qui ont des yaourtières, je ne me laisse pas abattre, parisienne OUI, victime NON !
Après bon il y a les conflits d’intérêts : depuis quelques années on favorise largement le bio et les produits non transformés à la maison et plus récemment nous nous sommes décidés à bannir tous les produits de canard gavés et à diminuer drastiquement notre consommation de viande. Et là du coup grosse angoisse : imagine que je tombe sur une réserve de nutella et de foie gras près de ma maison survivaliste alors que mes placards sont vides, JE FAIS COMMENT ?
Récemment j’ai aussi décidé de me renseigner sur les méthodes pour faire du fromage et aussi des yaourts. Contrairement à Madame Piche, moukraine ici présente qui m’indiqua être en capacité de fuir sans oublier de prendre un yaourt dans son sac à main pour bénéficier de ses ferments lactiques, j’ai supposé qu’il me serait difficile de quitter Paris avec un yaourt et surtout que celui-ci arrive encore en bon état dans notre abri survivaliste coopératif. J’ai donc demandé à mon papa, ingénieur agronome de son état, comment faire du fromage si tu n’as pas de ferments lactiques : “fastoche, me dit-il, tu trouves de la présure dans l’estomac d’un jeune agneau et hop le tour est joué”. Là je l’ai vue floue d’un coup l’invasion zombie, m’imaginant mal buter un agneau pour lui gratter l’estomac…

J’ai lancé une discussion sur Facebook, pour voir qui seraient mes alliés et si seulement des gens seraient intéressés et je suis allée de découvertes en découvertes. D’abord, tout le monde veut aller dans l’abri post zombie, surtout s’il n’y a plus que du foie gras et du nutella. Ensuite, faites le test vous-mêmes, nos ami(e)s ont des compétences incroyables : certains reconnaissent tous les champignons, d’autres sont prêts à faire des tisanes de ronces, d’aucuns pêchent à mains nues ou ramassent les mûres (mais pas à hauteur de cul ou de renard, très important), certaines fabriquent leurs pâtes, d’autres savent hyper bien voler du beurre, font des lapins au crochet de toute beauté, et tout le monde s’est mis d’accord pour taper “comment fabriquer du PQ après l’apocalypse” sur Wikipédia.
En fait, il ne me reste plus qu’à apprendre à conduire et je pense que je serai au top pour l’invasion zombie. Comment ça à 40 ans et plus c’est pas gagné ?

Je vous laisse avec ce test qui m’a confirmé que j’étais Chuck Norris, ce dont je me doutais depuis pas mal de temps sans vouloir trop me vanter http://lol.madmoizelle.com/tests/survivrais-tu-une-invasion-zombie/

Publicités

39 réflexions sur “Après l’invasion zombie

  1. En cas d’invasion, je peux t’inviter dans ma maison peu luxueuse certes mais qui présente des avantages (au pire, on vire un ou deux voisins) : Il y a une rivière en face, pratique pour boire et pêcher. Il y a des champs en face également, on peut se faire un élevage. Je suis au bord de la forêt, des noisettes tombent directement dans ma cours, certes ça nourrit peu mais ça nourrit. On peut aussi trouver des champignons et des mûres (mais pas de canne à sucre ou manioc). Le potager est prévu, les poules arrivent bientôt et mon mari cuisine.
    Pas encore convaincu ? Sache que j’habite à côté de l’usine Ferrero … si ça ce n’est pas de l’argument de survis …

  2. Merci Chère Fabienne, grâce à toi je me retrouve un Lundi matin, 9H30, au lieu de bosser, à faire un test de la la plus haute importance… Résisterais tu à une attaque zombie?…
    Alors Chuck Norris pour moi aussi même si je m’imaginais davantage en Caroline Ingalls!!!
    J’ai une yaourtière et une machine à pain…. Mais contrairement aux apparences, je ne pense jamais à la fin du monde… En revanche, ça fait 12 ans que je suis à Paris et 12 ans que j’ai peur des attentats à CHAQUE fois que je prends le métro… En fait il faudrait créer un Blog des AA…Angoissées Anonymes…

  3. J’ai un potager (avec des courgettes!) et un verger, une yaourtière, des poules et je fais mon pain (et aussi la confiture pour aller dessus). Y a plus de vaches que d’humains dans mon bled, ce sera nickel pour les céréales (du champ d’à côté) du petit, peut être aussi pour la présure en fait. Y a pas de H&M mais j’ai une machine à coudre toute neuve. Et, petit détail subtil, ma porte d’entrée s’ouvre à l’envers, ce qui est, avoue-le, parfait pour assommer un zombie qui forcément ne s’attend pas à ce coup bas. Viens!

  4. Je me sens moins seule d’un coup ! J’imagine toujours le pire à cause des films, des séries, des livres que j’ai vu et lu. Depuis je suis tarée.
    Pour tout vous dire, je suis atteinte de previsionite aiguë mode catastrophes.
    Invasion de zombies (merci « Je suis une légende » ou « World War Z ») virus dans l’air (merci « Phénomène ») fin du monde en tout genre avec ère glaciaire, volcans qui éruptionnent à tout va, failles terrestres etc…m’ont préparé au pire et je réfléchi à un sac de survie. Ce sac n’est pas encore tout à fait au point mais j’y travaille et, comme toi, j’ai déjà pensé à une solution de repli stratégique en cas d’invasions diverses et variées et même pourquoi pas, a apprendre à tirer (histoire de savoir me défendre ou pouvoir chasser).
    Je vous l’avez dit : je suis tarée.
    Mais prévoyante. Ça compense non ? 😵

  5. Punaise, mais je suis pas du tout mais alors pas du tout préparée à tout ça !!
    Tu crois qu’en France ici y’a des abris sous-terrains comme dans les films, on y accède par les escaliers en bois du fond de la maison, ou par dehors par une trappe. Y’a tout pour survivre dans le dedans toussa… Bon, j’ai un vide sanitaire sous la maison, je vais allez enquêter !

  6. Rien qu’en lisant le titre, je savais qui avait écrit ce billet 😉
    L’autre fois à New York, nous étions en train de pique niquer dans un terrain presque vague avec une sorte d’usine désaffectée devant nous… mon frère dit qu’il vient de voir passer un rat énorme et je me suis donc illico imaginée dans The Strain, c’était saisissant de vérité !
    sinon je ne suis pas persuadée que l’attaque de zombie est celle qui nous pend le plus au nez 🙂

    • Alors j’ai lâché The Leftovers mais pas The Strain, TU PENSES !!! Chaque fois que je cauchemarde sur une fin du monde quelle qu’elle soit, je pense toujours à NY, tout y est, les tunnels, les rats, la foule, le métro flippant, les gens qui courent…

  7. Tu as vu récemment le film  » Les survivants  » ? Je te trouve quelques ressemblance avec l’héroïne :). Et c’est exactement le sujet du film : une nana qui veut se préparer pour cause de fin du monde imminente. Mais elle avait oublié de prendre un yaourt en forêt.

  8. Pardon mais j’ai gloussé …
    Perso je suis plutôt du genre détendue de la crête, du coup je ne projette pas d’attaque de zombie ou autre fin du monde (merde suis je naïve ??).
    Mais, avec du recul et lectrure de ton billet et les coms, j’me dis que le machine à pain et autres yaourtière ne nous serons d’aucunes utilité (oui « nous » je réserve des places pour ma tribu , faut pas déconner). Ben si c’est apocalyptique, le zombi fourbe nous privera de l’électricité (‘culé !!). Donc Spidermaman raboules tes cintrettes et te pinces ! J’apporte ma masse (l’outil hein pas moi, quoi que je pourrais peut- être impressionner un zombi …ou le mettre en appétit merde !) , une canne à ramoner (ouais y’a des pics au bout hinhinhin !), la pelle à neige…
    Sinon je connais une langue « rare » ça peut aider.
    Ouais bon à al base je suis détendu, on va dire !
    Bises

  9. Excellent article. Je suis à Genève et je me sens très proche de toi dans la façon de vivre et moi aussi j’y ai souvent réfléchi. Je pense que je vais juste stocker le Nutella et fermer les stores. Moi, le chat et la plante verte qui a survécu grâce à la lumière de la téloche, on peut y arriver. (à condition qu’il n’y ait pas d’araignées dans l’appart).

      • Si je dresse le chat à chasser et cuisiner les araignées, ça peut le faire. Oui, la photo bah… c’est en rapport avec mon blog qui parle de ceux qui survivent facilement. Mais je donne pas de conseils, j’ai peur du procès.

    • C’est magnifique ! J’aime particulièrement la dame au beau brushing et son pantalon treillis qui fait visiter. Je ne suis pas sûre en revanche qu’elle soit au top pour l’opération estomac d’agneau. Et sinon bienvenue ici Lola, j’aime beaucoup ton blog.

      • Ha ha.J’ai pensé à toi quand j’ai vu ça ce matin, Elle a l’air plutôt détendue, alors que quand même ils s’en foutent plein la gueule au dessus.

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s