Les sites de rencontres ou comment adopter un dépressif

adopte

Maman fraîchement célibataire, il a fallu penser à ma « vie de femme », ce qui n’était pas une mince affaire dans mon contexte et mon état ambiance post-partum.
Je me suis lancée dans la merveilleuse aventure des sites de rencontres.
Et voici comment je me suis sorti la tête de mes préoccupations couches, vomi, mouche bébé.

Sans transition.

Prologue, la drague en ligne

C’est comme un grand supermarché. Tous ces hommes à portée de clic, ça fait un peu tourner la tête. Sauf que tu te rends rapidement compte que l’ambiance est plus Lidl que Les Galeries Lafayette.

Il y en a des centaines, c’est impressionnant ce flot de célibataires.

Tu consultes les fiches et fais de grandes découvertes. Ainsi tu apprends que beaucoup d’hommes se plaisent à poser en photo sur un engin à moteur, imaginant peut-être que la vue de la grosse machine viendra exciter la galinette.

Certains s’exhibent à côté d’une fille (floutée, quand même), pendue à leur cou. Ils pensent sûrement que si le produit a plu par le passé ça doit suffire à te donner envie.

Les photos sont une réserve de trésors. Il y en a pour tous les goûts. Surtout les mauvais.

Pas mal de types posent bodybuildés et huilés devant leur miroir de salle de bain.
L’homme veut montrer qu’il est musclé et que tu ne vas pas le regretter.
D’autres sont accoutrés de déguisements plus ou moins ridicules en mode jour de l’an (costume de canard, Zoro, Casimir…). L’homme sait rire parfois.
Enfin, certains sont assis sur un rocher ou une plage et regardent, l’air absorbé, vers l’horizon.
L’homme est mystérieux et se perd dans ses pensées.

Puis tu te plonges dans les « textes » et tu n’es pas au bout de tes surprises.
Ainsi, l’homme, contre toute attente, aime l’humour (« je ris beaucoup, car l’humour est important »), l’homme aime aussi vivre (« vivre est ce qu’il y a de plus beau au monde, la plupart des gens existent, c’est tout »), l’homme ne se prend pas la tête et a des centres d’intérêt palpitants (« Je suis un homme qui ne se prend pas la tête, qui profite de chaque instant, qui aime sortir, boire un verre, aller en soirée, au cinéma, au restaurant, en boîte »).

L’homme a parfois une relation compliquée avec la ponctuation, et avec l’orthographe en général (« si tu ai sympathique ,rigolote et que tu ne te prend pas la tête appelle moi » ou encore « Simple, pas de prise de tete, belle, sportif, franc, debrouillarde, qui prend soin d’elle, drole, gentille et Culote ! », ainsi les puristes de l’orthographe se demanderont si le jeune homme est au final à la recherche d’une personne du sexe féminin, ou autre. Quant au « culote » de la fin, je reste encore interdite).

Beaucoup d’entre eux considèrent que la chose la plus importante, c’est le feeling, qui « fera le reste ».

Certains affichent ouvertement qu’ils sont là pour une rencontre extra-conjugale (« Théo 39ans Paris 17. Vivant en couple.. vous l’aurez compris, ne cherchant que bulles amusantes ludiques, érotiques…”).

Bien bien bien.

Coeur du sujet, la rencontre

Il faut faire un gros travail de tri. Et même après le tri, on n’est pas à l’abri de surprises.
Vous pouvez ainsi souvent constater que l’homme que vous rencontrez a connu une désaffection capillaire plus ou moins brutale rapport au nombre de cheveux en moins en comparaison avec sa photo.
En revanche il a souvent connu une recrudescence de gras, c’est l’hiver.

Je vais vous épargner le récit des rencontres qui se passent bien et vous parler des rencontres « moments de solitude ».

Le phobique social 

Il déchiquette nerveusement sa serviette en papier en lançant des coups d’oeil furtifs autour de lui comme s’il craignait une attaque de zombies. Il ne croise jamais votre regard.
Il mange tout le pain de la corbeille.
Il finit par vous avouer qu’il est très stressé (sans déconner ?!), qu’il est « phobique social », qu’il est en analyse depuis 10 ans (visiblement un échec).
Il se ressert souvent du vin, et une fois soul, il vous donne des détails hyper intimes de sa vie du genre « nan, mais moi ma mère est sculpteur, j’ai été élevée au milieu des courbes, des formes, tout en rondeur. Du coup je n’aime que les grosses blondes, à forte poitrine » (je précise que je suis brune et mince, mais ça n’a plus vraiment d’importance, à ce stade).

Le gars moche qui te saute dessus 

Après quelques échanges de mails il vous téléphone.
Il a une voix suave et vous vous imaginez déjà en train de boire un verre avec Georges Clooney dans un cadre idyllique. Il vous dit qu’il est coincé chez lui car ses voisins doivent lui déposer un jeu de clés avant leur départ en vacances. Il vous demande si plutôt que de se retrouver dans un café, vous ne pouvez pas passer chez lui boire un verre.
Vous êtes en confiance vous dites oui (vous êtes un peu con).
Quand même vous demandez à ce qu’il descende vous chercher en bas de son immeuble. Au cas où il vous ferait trop flipper, vous auriez la possibilité de vous barrer.
Il descend vous chercher en bas de son immeuble. Il ne vous fait pas flipper au sens PEUR, mais il vous fait flipper au sens il ressemble à Quasimodo en pire.
Vous vous dites merde je vais pas lui dire t’es trop moche je monte pas. Vous avez de l’empathie. Vous montez.
Son petit salon de 8 m2 n’est pas le cadre idyllique que vous aviez imaginé.
Il vous sert un p’tit verre de mousseux pour vous mettre à l’aise.
Vous discutez, il est sympa (il n’a pas trop le choix, rapport à son physique).
Après 1h de discussion, vous dites que vous devez rejoindre une copine (c’est vrai). Vous vous levez.
Et là, au moment où vous vous y attendez le moins, alors que vous essayez de mettre la 2ème manche de votre manteau, il se jette sur vous et vous colle contre sa porte d’entrée.
Vous êtes un peu sonnée, vous ne réagissez pas tout de suite (d’autant que vous n’avez pas complètement enfilé votre 2ème manche).
Il en profite pour vous mettre son genou entre les jambes et tente de vous attraper un sein.
Il est petit et il est presque obligé de lever un bras pour l’atteindre.
Dans un élan désespéré, il tend ses lèvres vers les vôtres, mais n’atteint pas tout à fait votre bouche.  C’est une chance. Vous le repoussez gentiment. Vous vous demandez ce que vous avez pu faire ou dire qui lui a laissé entendre qu’il y avait ouverture.
Vous réalisez qu’il mise tout sur la devise « sur un malentendu (…) ».
Vous demandez à partir, il fait une 2ème tentative et vous recolle contre la porte. Cette 2ème tentative se termine elle aussi par un échec (il vous arrive toujours au menton).
Vous commencez à vous demander s’il n’est pas complètement fou et si on ne va pas vous retrouver dans 2 mois attachée au radiateur, toute desséchée. Il vous laisse partir.
Ouf.
Vous êtes tellement contente que vous avez presque envie de l’embrasser (nan j’déconne).
Il propose de vous raccompagner. Et merde.
Vous dites nan, il insiste.
Il vous raccompagne jusqu’à la copine.
Vous avez honte que la copine vous voit avec lui et vous lui faites promettre de ne jamais en parler à personne.

Le dépressif

Il vient de terminer une thèse. Vous le questionnez sur son sujet et le regrettez aussitôt.
Vous n’y carrez quechi, mais vous essayez de prendre votre air le plus intelligent et faites semblant de vous intéresser (vous voulez faire bonne impression, vous ne savez pas encore qu’il est chiant comme la mort).
Vous posez des questions en répétant la fin de ses phrases « ah oui l’analyse des fluides micro actifs en milieu acide (…) ». Il vous explique qu’il n’a pas obtenu de poste à la fac, qu’il a un poste de prof dans un lycée pourri en province. Que sa copine l’a quitté… Qu’il est dépressif et sous cachetons.
Passé le récit de sa vie il ne vous pose pas une seule question et semble ruminer ses échecs.
Vous commencez à vous ennuyer ferme et cherchez une porte de sortie. Votre tante vient d’avoir une attaque vous allez devoir y aller.

 

Après ces rencontres j’étais sacrément contente de retrouver ma fille… normale.
Mais je ne regrette pas l’expérience, j’avais plein de trucs à raconter aux copines. Je me souviens notamment de cette fois où nous avons réalisé avec l’une d’elle avoir rencontré ce même type étrange. Comme si nous avions parlé au même mec dans un bar. Et j’en garde cette impression bizarre que les rencontres sur le net sont au final un espace un peu confiné.

Publicités

22 réflexions sur “Les sites de rencontres ou comment adopter un dépressif

  1. Mais quelle rigolade de bon matin^^
    Ca me rappelle des billets que j’ai écris il y a quelques années maintenant, ce qui est affligeant c’est que rien ne change, au contraire cela empire…Mais ptain que se passe t’il chez la gente masculine???oO
    On demande pas un sur homme, ni le prince charmant, un mec normal sans vices cachés ça doit bien exister quand même, mais où?
    Non par ce que on a beau se dire que l’on se met en pause que nos vies solos nous vont impecc, on ne veut pas finir seules dévorées par 83 chats merde quoi réveillez vous les mecs^^

    • Ouais, c’est la crise même chez la gente masculine ma bonne dame. Je suis à 2 doigts de prendre un chat mais la perspective d’être retrouvée morte dans des odeurs de litière me fait un peu flipper aussi. Donc si t’as d’autres solutions à conseiller, je prends 😉

      • y a de la litière qui pue pas il paraît 😉 Euh vu mon cv affectif je serais super mal placée pour donner des conseils MDR

  2. Bonjour . Votre article est marrant mais même si cela est écrit sur le ton de l’humour merci de bien vouloir ne pas utiliser le terme « dépressif » à la légère, la dépression (trop méconnue) est une MALADIE pouvant aller jusqu’à un stade de très grande gravité (Il s’agit tout de même d’un dérèglement chimique cérébral). Contrairement à des phases de (grande) déprime que tout un chacun peut connaître. Le terme DEPRIME plutôt que DEPRESSIF serait été mieux approprié par respect pour ceux qui se battent au quotidien. Auriez vous eu l’idée d’intituler votre article « Les sites de rencontres ou comment adopter un cancéreux » ? Non je ne pense pas…
    « Dépressif », terme beaucoup trop banalisé.
    Merci à Vous
    Vous souhaitant une bonne journée

    • Bonjour Magali, je prends la plume à la place de Pied de Biche sur ce commentaire. Nous ne sommes pas un blog politiquement correct, nous utilisons des termes à la légère, comme ils nous viennent, nous ne pesons pas chacune de nos phrases pour plaire au plus grand nombre, nous écrivons comme nous sommes. Par ailleurs, si vous nous lisez régulièrement, vous savez donc très bien ce que nous connaissons de la dépression et ce qu’elle a inspiré à l’une de nous, touchée par cette maladie comme beaucoup et que vous pourrez relire ici : https://lesmoukrainesalaglaviouse.wordpress.com/2014/09/08/le-brouillard/. Le respect c’est aussi rire du pire, sinon autant se flinguer tout de suite. Bonne journée à vous aussi

      • Je ne voulais en rien vous offusquer … Malheureusement cette maladie est tellement méconnue et les malades tellement jugés… Avouez que le terme est souvent utilisé à la légère… hier une image montrant une femme dévorant de la pate à tartine avec le titre « ce que fait une femme dépressive »… Et lorsque malgré toute la bonne volonté du monde on en bave comme pas possible, on fait souffrir un mari, de jeunes enfants… ben voilà on s’offusque d’un simple article comme le vôtre… parce que l’on en peut plus… 5 ans de maladie, de psychothérapie, tous les médicaments essayés… et seule alternative … les électrochocs… l’humour est limité… je l’avoue…
        Bien désolée que ce soit tombé sur vous… un cri du coeur peut être… mais tant que j’écris, je suis en vie…

      • non ça n’est pas politiquement correct d’associer voix suave et physique engageant. les moches devraient afficher qu’ils sont moches en prenant une voix grinçante ?
        Dans l’ensemble j’ai trouvé cet article aussi désagréable que les pubs pour sites de rencontre « sélectifs » et « ambitieux », et aussi effrayant que ceux qui sont à destination exclusive des « communautés » ethno-religieuses (les black muslim, les afro blacks, les soufistes orientaux, les sunnites du texas, les chiites des montagnes de versant Sud, les athées gréco romain, les agnostiques radicaux,
        les antillais oups pardon, les martiniquais ou les guadeloupéens,
        les hébreux de tradition rabinique, les hébreux réformés, les hébreux non pratiquants, …
        les cadres sup’ de gauche, les enseignants du primaire SNU IPP, les enseignants agrégés non affiliés,
        les militants du FN non chrétiens, les chrétiens du FN non partisans de la messe en latin, les traditionalistes chrétiens …
        les lecteurs de l’OBS, les nostalgiques du « Nouvel Obs », ceux de libé … ).

        Oui c’est un papier qui me fait penser que l’empathie passe par les cheveux…et je les peeeeeeeeerds !

  3. Bonjour . Votre article est marrant mais même si cela est écrit sur le ton de l’humour merci de bien vouloir ne pas utiliser le terme « Lidl » à la légère. Cette marque de distribution (trop peu méconnue) s’attache à défendre le pouvoir d’achat des plus démunis. Elle est prête pour cela à leur vendre la pire merde et à payer ses employés au lance-pierre, mais c’est pas une raison. Auriez vous eu l’idée de comparer dans votre article les candidats de sites de rencontres à Emmaüs ? Non je ne pense pas…

  4. Bonjour . Votre article est marrant mais même si cela est écrit sur le ton de l’humour merci de bien vouloir ne pas utiliser le terme « petit » à la légère, ainsi que  » nombre de cheveux en moins en comparaison avec sa photo ». On ne sait jamais, des petits chauves pourraient vous lire.
    Merci à Vous
    Vous souhaitant une bonne journée

  5. Moi aussi j’ai adopté un mec ! Ce que je retiens de mes errances sitesderencontresques, un chef d’orchestre chiant comme la mort, un facteur obsédé, un anar au zizi tordu, et cette phrase qui condamnait systématiquement le pauvre garçon au bannissement immédiat « je croque la vie a pleine dents ».
    Merci pour la tranche de rire (sur le parking de Lidl où je fais les courses pour ma famille recomposée avec mon mari adopté sur meetic)

    • Oh la vache, « je croque la vie à pleine dents », mais ouais mais nan c’est pas possible. Dans le genre ya aussi « je profite au maximum des p’tits plaisirs de la vie ». L’enfonçage de portes ouvertes en mode j’adore le bonheur moi ça me révolte. Bon, en tout cas si t’as trouvé le tien sur Meetic ça donne de l’espoir !

  6. Merci pour cette rigolade matinale qui confirme (s’il en était besoin) qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné ! Moi un jour j’ai rencontré, en vrai, un orc (pour les non-geek, les orcs sont des personnages de World of Warcraft), tordu, boutonneux et tout, c’est ce jour là, que j’ai compris, qu’il fallait éviter à tout prix les rencontres en ligne. Voilà.

    PS : j’ai aussi beaucoup ri en lisant les commentaires (deux en particulier)

  7. Excellent, j’ai bien ri 🙂 Pour ma part, j’ai fait plusieurs rencontres sur internet. Des belles, des décevantes…et des surprenantes 😀 Mais finalement, l’homme de ma vie je l’ai rencontré dans « la vraie vie » un soir où je n’avais pas du tout envie de sortir, mais j’ai traîné des pieds pour accompagner une copine… Et finalement, j’ai bien fait 😉

  8. Pieddebiche. Je t’aime toi. Et j’aime encore plus quand tu relates ces rencontres désastreuses.
    Je te souhaite de trouver quelqu’un avec autant d’humour et de recul. Sinon j’ai encore un ou deux copains célibataires et pas trop mal de leur personne (enfin il y en a un qui n’aime pas rappeler les filles, c’est compliqué pour entretenir une relation).
    Et les commentaires…Un régal !
    Keurkeur

      • Regarde
        écoute
        lis Cette vielle peau !!
        non elle n est pas tannée par les ans mais tout simplement par tout par ces jets de gourme a la hâte balancer sur son ventre
        quand aux hyènes accompagnatrice qui se meure de rire a cette lecture des plus ruisselante ;
        se tapissent dans l ombre
        ces dernières adorent ce genre de conversation en se roulant dans la bauge s avilissant elles mêmes on ne voie pas leurs visage par la fumure du net
        dans la réalité insipide d écrit elle adorent les ragots la puanteurs merdique de propos de femme salles pour et par courtoisie devant ma mère je n apposerais le terme exacte qui approche celui des péripatéticienne qui ont un l en gage fleuri mais dix foie plus honnête
        ces vielle peau , pour la plus pare d entre elle n ont d a bord jamais su trouver l être exceptionnel encore moins su le cas échéant le conserver
        et pourtant quand vous les lisez elles sont toutes plus les une que les autres ——-
        il suffit de regarder les émissions de télé ou toutes ces autruches cherchant chaussure a leurs pied se fait repasser en voyage organise en Tunisie au Maroc voir en Égypte ou chez les indiens
        la plus pare de ces cerveau qui écrase le bon plombier français honnette pere de famille qui cherche tout en trimant a rencontrer quelqu’un de quoi re faire une vie deja posseder par une de ces gourgandine qui no-met surtout pas de lui réclamer faute de le balancer au juge des affaire familiale la pension alimentaire
        pendant ce temps les cougars comme ellle se disent—tout ce qu i y as de mieux —- et la c est moi qui rigolle
        regardez les elles sont pitoyable —– les vieilles jeunettes !
        A la mémoire de mon pere qui m as inculquer la galanterie la courtoisie le savoir vivre en présence d une femme ! mesdames ?
        regardez vos filles elles ne sont que le palle reflet de vautre éducation
        et surtout on ne parle pas de ce qui sont a leurs cotés ! la — c est l apothéose !
        ce sont ces belles jeunes filles au frimousse a bisouts qui ne fond pas la d différence entre un honet travailleur et un bouffon de services dans un djinn a200euros
        quelques bouteilles de jacques daniels de soirée en boite de nuit plus loingt
        ce sont ces même pauvres filles qui dehanbullent avec 2 ou 3 voir plus des mioches a demi crade morve au nez dans les couloirs des organisations social pendant que l autre il bricole du tunning
        en sniffant le joint sur le parking du hlm
        laisser moi rire quand a paris la capitale ils ont tous le costard le midi il déjeune au restau du coins sans se préoccuper de la fin du mois—- ce qui compte c est de paraître !
        les ouvriers chez nous : eux ! gamelles sur les genoux n ont q un but reprendre leur tache pour améliorer l ordinaire et voire leur petite famille s épanouire
        bon puis j en ai ras la casquette d essayer malgré mon bon français et mon tres mauvais orthographe écrivant sans relire ni correcteur avant tout en homme libre !!!
        a 13 piges ont me mit a trimarder sans me demander si je voulais apprendre
        mais cela c est autres chose mes copines relisez et analysez les conneries de la vie
        vos petites tettes blondes au yeux bleu vous observent et prennent exemple sur vous
        elle changent elles aussi !
        et la —- es qu elles auraons le droit a la parolle ?????la est la question ?
        colin bronz

  9. Je n’ai pas apprécié votre article,vous êtes qui pour être aussi méprisante?les hommes ne sont pas des objets…vous vous croyez spirituelle mais dites que les femmes ne valent pas mieux elles sont juste du bon côté de l’offre et de la demande!

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s