J’aime plus les soirées

serpentins

Pourquoi j’aime plus les soirées ?
Je me souviens d’une époque, où j’ignorais même l’existence du mot nullipare, où l’essentiel de mon vendredi et, au pire, une grande partie de mon samedi était consacrée à trouver une fête désespérément. Je téléphonais à environ 25 personnes (c’est aujourd’hui, je pense, le nombre total de contacts dans mon tel), tentais d’en soudoyer directement une dizaine et finissais généralement avec une adresse, un code et une bouteille de Malibu devant la porte d’un Stéphane ou d’une Valérie à qui j’indiquais, avec mes 3 copines, être une copine de Valérie, ou Stéphane, selon le cas. La semaine finissait en beauté, je pourrai dire le lundi que j’étais à une fête, que j’avais une vie, certains m’envieraient : le pied.
Que s’est-il passé pour qu’aujourd’hui la simple idée d’une fête me fasse chercher frénétiquement un symptôme viral chez un de mes enfants pour avoir une excuse à donner ?

Je pointe d’abord du doigt les 10 séminaires de la boîte à cons : y’a t’il quelque chose de pire qu’une fête obligatoire avec tes collègues ? Je ne crois pas. 10 ans à tenir les cheveux de Céline du service d’à côté pendant qu’elle vomit, la coller dans un taxi avec 10 euros qu’elle ne rendra jamais (10 ans hein ?). 10 ans à consoler Claudine de la compta qui chiale dés 23h en secouant la tête en disant “c’est rien non, mais non c’est rien”. 10 ans à supporter les blagues pourries de Jean-Phi, mon manager direct et à éviter de danser avec lui en rock pourave le seul morceau écoutable de la soirée. 10 ans enfin à devoir faire comme si tu n’avais pas vu X et Y, indubitablement mariés ailleurs, niquer dans l’escalier en soufflant comme des bûcherons et la DG danser sur le bar avec la culotte à la main, et ce pendant les 364 autres jours de l’année.

J’incrimine également le nombre absolument effarant de DJ de merde qui s’autonominent ambianceurs de fou et qui torpillent des bonnes petites soirées directement dans le saladier de mauvais punch. Je pense à ceux qui hochent la tête en battant la mesure avec l’index devant l’ordi en te mettant Sex machine qui est quand même, on va se l’avouer, le morceau qui ne fait triper que des gens dont le taux d’alcoolémie frôle la consommation annuelle de l’Ukraine. Je pense à ceux qui refusent de laisser la place au bout de 6 morceaux inconnus, mais sur lesquels ils font la guitare avec les mains. Je pense aussi à ceux qui baissent le son pour qu’on chante, si possible sur les démons de minuit, ou Louxor j’adore, tellement on s’y attend pas.

Et puis il y a tout ce que je regardais hier soir et qui ne me fait même plus rire : le mec qui picole dés 20h30, bourré à 22, qui danse en faisant des ronds, souvent en chemisette et qui pionce sur un canapé après avoir parlé à tout le monde à moins de 2 cm des visages en postillonnant (Ebola, ebola). Les filles mortes de faim qui vont réclamer de la salsa ou du zouk au DJ (se référer au paragraphe précédent) toutes les 5 minutes et qui vont finir en se contorsionnant plus ou moins habilement devant de pauvres garçons médusés et qui se demandent déjà comment ils vont bien pouvoir se barrer de chez elles sans filer leur numéro demain matin. Les vieux copains boute-en-train qui veulent absolument que tu viennes danser et qui t’appellent en hurlant, viennent te chercher, te tirent le bras, te déboîtent l’épaule, te crient les paroles dans l’oreille, mais auxquels tu n’oses pas dire que tu peux pas saquer cette chanson et que c’est pas ça les paroles. Les gens qui veulent absolument te tenir une conversation normale et avec lesquels tu te retrouves à hurler des considérations anesthésiantes sur le double vitrage pendant que les gens ont entamé une chenille autour de toi.

En fait les soirées que je préfère, ce sont les miennes, en toute humilité. La musique est trop bien, mon mec est un DJ d’anthologie, les invités sont classes, y’a à bouffer même à 4h, c’est juste que j’en fais plus. Peut-être parce que mon salon ressemble à une succursale d’oxybul éveil et jeux, ma cuisine à la cantine du club mickey, que mes dernières playlists deezer s’appellent “Disney et autres naineries” et “chansons de super héros” et ma dernière vidéo vue sur youtube c’est Funny bear, l’ours en slip.

Crédit photo : Stop drinking Association

Publicités

29 réflexions sur “J’aime plus les soirées

  1. Ah oui quand même tu as de l’anecdote croustillante en matière de soirées, surtout avec tes collègues (aheuuum). Moi j’ai pas tant festoyé que toi, mais j’ai également de moins en moins envie, de plus en plus la flemme et tendance aux alentours de 23h38 à piquer du nez… (égaré dans la vallée infernaaaaaaaaaaaallllleeeeeeeeee)(chut)

  2. Même si j’esquisse un sourire devant la virtuosité des portraits que tu dresses, je sens poindre en moi une tristesse sourde.
    La vie passe et les fêtes trépassent…

  3. C’est dommage de ne plus en faire, les gosses aiment beaucoup terminer les fonds de verre qui traînent sur le coin de la table du salon pendant que personne ne fait attention. Ou tout du moins adorent danser sur de la vraie musique avec des vrais morceaux de grands dedans.
    Allez hop, à vos invits, je connais le code 🙂

  4. OMG des soirées imposées avec les collègues !! Le déjeuner de fin d’année est amplement suffisant…
    On a plus 20 ans ma brave dame (enfin moi je ne les ai plus !) et mes gouts en soirée ont évolué aussi.
    J’adore tes portraits

  5. Ha ha ha!! C est exactement ça! Je suis encore dans la decennie de soirées, seminaires obligatoires a raison de 3/4 par an!!
    On est trop bien à la maison… A faire de la pate a modeler!! 😉

  6. C’est clair que les soirées entre collègues, ça a de quoi dégoûter à vie même du mot soirée.
    Le pire que j’ai fait c’est une soirée où tout le monde était bourré, sauf moi (car enceinte). Bin au bout d’une heure tu ne t’amuses plus du tout..
    Mais quand même une petite soirée de temps en temps à danser et hurler à tue tête sur les démons de minuit ça peut être fin de temps en temps 😉

  7. Pingback: Quand on est parents… |
  8. Et là je prends conscience que mes dernières soirées comme tu décris étaient des soirées étudiantes. Cela remonte donc à … quelques années. De toute façon, je vis avec un bonnet de nuit. Bonnet de nuit, qui ne connait même pas l’expression « bonnet de nuit » d’ailleurs oO.

  9. Non mais y’a des gens qui réclament du zouk et de la salsa ?!! alerte rouge là ! moi j’aime les soirée à la base mais comme je me fais plus souvent inviter par des gens de mon âge que par des jeunes, mon problème c’est la musique parce que moi je veux danser sur Rihanna, ED Sheeran ou Pharell Williams et que les soirées de vieux y me mettent que des musiques sur lesquelles j’ai dansé toute ma jeunesse, disco et compagnie ! et par ailleurs si j’invite des potes de mon âge et que je leur mets ma musique de jeune ça marche pas toujours, t’as vu comment je suis coincée ? 😀
    ps : j’aime bien les musiques pour déconner style 80 mais ça va 5 minutes, après je veux des tubes !

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s