Ouaf.

1706_barbie_inside

Et si c’était toi qu’on avait attifé de rose, de dentelles et de collants qui grattent ?

Et si c’était à toi qu’on avait interdit de ne pas commander de petite voiture au Père Noël. Pas vraiment interdit, c’est vrai, mais pas encouragé en tout cas. Mais si tu veux vraiment, tiens, celle-ci, elle fait plus garçon.

Et si c’était à toi qu’on avait répondu quand tu demandais des Lego, que oui, tiens, des Lego, pas de problème mon chéri, mais des Friends. Et que tu aurais ravalé fissa ton envie de construire un vaisseau Star Wars en louchant sur celui de ta soeur.

Et si c’était à toi qu’on avait interdit de taper en récré, de cracher et de jurer, pas parce que c’est dégueulasse de cracher dans la cour et que taper ne résout pas les problèmes, mais parce que, oh, quand même, t’es une fille ou t’es un garçon ?

Que dire du foot, du survêt’ (le noir et blanc, pas le survêt’ à paillettes), des jeux vidéos de voiture, des Nerfs, des courses contre les autres, des farandoles de gros mots qui te seraient en permanence déconseillés ?

Et si c’était à toi qu’on avait suggéré dès le berceau que tu attendrais, 100 ans s’il le fallait, qu’un gentil et beau prince vienne te chercher pour t’épouser et TE faire des hordes d’enfants ? (oui, parce que parenthèse : l’homme TE fait un enfant, ce n’est pas toi qui le fabrique. Comme il TE fait l’amour et toi, tu fais la moule). Que dis-je…qu’un gentil et beau prince DAIGNE venir te chercher.

Et si c’était toi qui t’étais pris une main au cul par une espèce de thon con comme la lune qui croit que les culs lui appartiennent ?
Ou alors la variante : « Oh, jeune homme, t’sais qu’t’es charmant ? Ça te dit on va boire un café et après on va chez moi, t’as vu ? ».
Peut-être que tu en rêves, remarque. Alors imagine la même scène, sauf que la crevarde en question serait édentée, à moitié chauve, avec les yeux injectés de tamien sang . Tu rêves toujours ? Et bien dis-toi que ce rêve, tu le vivras un bon nombre de fois dans ta vie.

Et si c’était toi dont le rêve secret serait d’être plombier, mais il serait obligé d’être secret la moitié de ta vie ce rêve, hein. Tu ne sais pas pourquoi il doit être secret ce rêve, parce que tu ne fais rien de mal. Mais tu sens que ce n’est pas normal, que tu es une contradiction de la nature et qu’il va te falloir assumer ta « révolte » ou ta « crise » pour faire ce que tu veux un jour.

Et si c’était toi qui étais obligé de te taper « La minute blond », ou encore « Connard » ou encore « Le mec parfait est un connard » et de te sentir obligé d’en rire, parce que oh, ça va, c’est de l’humour, merde.

Et si tu faisais partie de ceux qui appartiennent à quelqu’un et qui passent de propriétaire en propriétaire dans d’innombrables pays. Imagine : d’abord tu appartiendrais à ta mère, qui te trouverait une femme, et puis tu appartiendrais à ta femme. Qui aurait d’autres petits objets identiques à toi : un pour le service, un pour les relations sociales, un pour le plaisir. Mais des objets qui la ferment, surtout, hein, sinon, on casse l’objet.

Et si tu étais la cause de tout ?
Elle est partie avec un autre ? Normal, tu t’es laissé aller, tu as laissé les rides s’installer, tu as oublié de vivre sur le qui-vive et d’être sexy du matin au soir, tu as cru que tu pouvais te sentir bien, en sécurité. Non, grosse erreur. Maintenant, elle est partie, à toi de la reconquérir.
Ton enfant est autiste ? Normal, tu n’as pas créé de lien avec lui quand il était bébé.
Cet autre enfant est capricieux ? Normal, tu le gâtes trop, tu l’étouffes.

Si c’était toi qui voyais des milliers, des millions d’images dans ta vie d’hommes cabossés ou tués sous les coups d’une folle furieuse dont la force physique est très souvent supérieure, entre les mains d’une perverse narcissique, ou encore émasculés, vendus, violés pour les salir et les bannir, privés d’école ou encore obligés à se battre au prix de leur vie pour seulement y aller, à l’école ?

Si toi, l’homme, le garçon, tu avais vu ou vécu tout ça, ne serais-tu pas féministe aujourd’hui ?

Publicités

14 réflexions sur “Ouaf.

  1. C’est ce que je me tue (littéralement) à tenter d’expliquer. A tenter d’enlever ces putains d’œillères, d’éliminer ces pensées en pré-fabriquées et ces exigences, parfois, trop fortes.
    Tu dirais quoi toi l’homme, si on te conseillait de paraître moins intelligent pour ne pas froisser l’orgueil des femmes assises avec toi autour d’une table de réunion ?
    Tu dirais quoi toi l’homme, si on te rappelait sans cesse que tu ignores ce qu’est la dureté d’un boulot physique ? Donc ferme la merci salut.

    Et je sais que malgré le fait d’en avoir conscience, il y a beaucoup de choses encore à changer et à faire évoluer.

  2. J’ai regardé « Jacky et le Royaume de filles » de Ryad Sattouf, dimanche soir. C’est farfelu, le trait est grossier, mais ce remake de cendrillon à l’envers où des hommes deviennent « homministes » est tout de même assez savoureux.
    Comme ton article.

  3. Aujourd’hui, de la même manière que des blancs combattent le racisme, que des hétéros combattent l’homophobie, j’ose espérer qu’il devient courant (même si hélas pas encore banal) que des hommes soient féministes aussi.
    Très bel et tristement réaliste article.
    Une féministe du 21ème siècle.

  4. bah c’est un peu la potée auvergnate ton truc : on mélange les choux et les carottes.

    D’abord les gros mots et les coups on les interdit aux gars comme aux filles, on fait appel à la sagesse supérieure, supposée telle en tout cas, des filles en leur disant « t’es un garçon ou une fille ». les injonctions sont à peu prés les mèmes, certains garçons n’y cédent pas, et certaines filles non plus, elles sont plus rares sans doute.

    Aprés il y a l’oppression des femmes que certains pratiquent. Alors là on va tout de suite etre d’accord, ces gens oppressent tout le monde, les hommes ils les tuent.
    Cela dit, là oui je serais féministe, à condition qu’on parle bien de politique, de révolution possible.

    Entre les deux il y a plein de chose à dire, pour ceci ou cela.
    Dans l’ensemble en Europe certaines cultures accordent les mèmes statuts aux hommes et femmes. Notamment les femmes se battent à la guerre.

    faut pas écouter ce que les gens disent, et surtout surtout on n’a pas besoin de faire de politique pour se faire respecter. mes filles se font respecter – elles tapent, dur et fort, leur mère est comme ça aussi ; là je suis pas féministe, j’ai peur.

    Moi quand je me défends, je me défend, j’ai pas besoin de prendre un drapeau.

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s