La philosophie et la poule, selon mon beau-père

Patrick

Un soir on se roule des pelles à l’arrière d’un taxi, quelques mois plus loin on baise comme des lapins sans capote un peu bourrés après un concert de LCD Soundsystem et pouf on est 5 ans plus tard et Patrick est notre beau-père et le grand-père de nos enfants…

On ne peut pas prévoir Patrick quand on rencontre quelqu’un, il n’y a pas de guide, pas de signaux d’alarme, pas de lanceurs d’alerte ou de site internet avec les avis des consommateurs avertis. On aime quelqu’un on le trouve drôle, chouette, avec de belles fesses et qui chante hyper bien les Bee Gees, mais c’est le fils de Patrick. Patrick c’est un pot-pourri de l’humour de Thierry Roland, la diplomatie de Bernard Tapie, le féminisme de Patrick Sébastien et la pédagogie de Marcel Ruffo, si, ça existe, je vais deux fois par an en vacances chez lui, je sais ce que je dis.

Au début Patrick est discret, surtout qu’il en a vu passer d’autres et que donc il n’est pas en mode open bar, il est en phase d’observation-discrétion-évaluation.

À la mairie Patrick se doute de quelque chose d’éventuellement parti pour un minimum de pérennité, il ronge son frein, cordial, je pourrais croire que j’ai gagné le gros lot. D’ailleurs je le crois, je suis drôlement contente, de tout, le million, le million !

À la naissance des enfants, je commence à comprendre qu’il y avait anaconda sous le caillou et que finalement c’est un million d’emmerdements, de “je prends sur moi” et de soupirs intra-dedans de moi même qui m’attendent à chaque retrouvailles familiales.

L’allaitement, cet acte pourtant d’une banalité confondante, a du être inventé pour justifier l’explosion des familles, les guerres et la peine de mort. Patrick a énormément d’avis sur l’allaitement :
Comment il doit se prodiguer, en gros surtout pas comme je veux mais comme ça le fait moins chier et à quelle fréquence : “déjà tu lui donnes ? Mais il sort de table enfin !” (notez l’exceptionnelle expression usitée pour l’occasion, j’en rigole encore toute seule quand je vois un bébé venir à table chez mes copines allaitantes).
Globalement Patrick a énormément d’avis sur la pédagogie tout court dont le principal est “c’était mieux avant et pis c’est tout”. À savoir qu’avant, pour Patrick, c’était les bonnes femmes qui s’occupaient de tout et qu’on venait pas nous emmerder à nous demander des choses incongrues de pédé du cul comme, par exemple, porter un peu le bébé chacun son tour ou raconter une histoire à la con avec des voyous gauchistes qui enlèvent les enfants et construisent des orphelinats staliniens avec des tours en forme de bonnet (les 3 brigands NDLR) et les garçons, ça joue avec des trains pis des voitures, ou à défaut des bétonnières. Je me souviens avec une joie cruelle de sa mâchoire tombante quand notre grand s’empara avec une avidité non dissimulée d’un joli costume de fée dans un magasin, courant avec son chapeau pointu en tulle et sa baguette en hurlant “je suis une fée je suis une fée” et en public s’il vous plaît.

Patrick a aussi beaucoup d’avis sur la politique, le foot et les jeux télévisés. Remarquez c’est normal vu qu’il passe l’essentiel de sa journée à regarder tout ça devant ses télés (une par pièce de la maison) avec le volume sonore d’un TGV qui passerait à pleine vitesse dans ton salon, que les enfants soient là ou non. Il n’aime pas trop trop qu’on ne soit pas d’accord avec lui, il n’aime pas non plus qu’on ne s’intéresse pas au sport et il déteste souverainement qu’on sache mieux que lui les réponses aux dits jeux télé. Pas de bol pour moi je suis un combo des trois items précédents. Si au moins j’aimais la bonne bouffe (le gras et surtout la viande), rigoler un peu (le kir) et me détendre (jouer au loto) mais je suis une bobo chiante de peine à jouir qui bouffe bio, boit du rooibos et bouquine sans fin, la plaie !

Enfin Patrick aime avoir raison, en toutes circonstances, même quand il ne sait pas, presque plus quand il ne sait pas. Récemment à la fin d’un dîner, après m’avoir expliqué pourquoi ma meilleure amie qu’il ne connaît pas n’avait pas envie de retrouver un mec (cette féministe à moustache), il a informé l’ensemble de la tablée que même les poules n’avaient pas besoin de coq pour faire des poussins. Et oui, des siècles qu’on s’interroge sur l’oeuf et la poule alors que Patrick dans l’ombre cachait son jeu, le coq ne sert à rien. À méditer.

Publicités

41 réflexions sur “La philosophie et la poule, selon mon beau-père

  1. Ahhh y’a un peu de Patrick dans mon BP. Surtout la télé (le repas devant le JT on en parle de comment je me fâche et passe pour la conne de service), le « c’était mieux avant », le jemenfousdecequellepeutavoircommeprincipemadrue… Merveilleux !!

  2. Je n’ai pas connu mon BP, mais je peux te refiler ma BM… si, si je t’assure c’est du grand aussi !!! (Imagine retrouver le chewing-gum de ta BM sous une de tes assiettes au 1er dîner chez toi… voilà voilà)

  3. J’adore 🙂
    Le mien a quelques points en commun avec Patrick, mais en plus classe. Le côté sexiste et 50’s, en fait. Sauf que ce côté -là n’a malheureusement pas sauté de générations… j’espère donc au moins qu’il disparaîtra à la 3 ème. .. l’espoir fait vivre !

  4. Le mien aussi adore avoir raison surtout quand il a tort. Et moi en grande justicière je me fais des ulcères à lui prouver que non il n’a pas raison.
    Et en prime je suis une mauvaise mère parce que trop à l’écoute de mes enfants. Si si.

  5. Merveilleux, tu attends sûrement avec impatience la prochaine réunion de famille. Et sinon, ton mec a été adopté j’espère ? Ou alors, y a encore un histoire de coq qui n’y était pour rien dans la naissance de ton poulet.

  6. Le mien est hors concours. Tellement hors concours que je n’en parlerais pas. Parce que si j’ouvre les vannes, je ne saurais m’arrêter…Une toile de maître ce billet, Madame Fabienne. Tu lui as fait un joli portrait.

  7. Hahahaha ! Bravo !
    Il est probable que j’aie perdu trois points sur l’échelle de Sphincter à l’évocation des Trois Brigands. De toute façon, je suis persuadée que c’est rien que des pédés qui s’assoient à tour de rôle sur leur tromblon, si tu vois ce que je veux dire. Tiens, tu m’as donné envie d’écrire un article (c’est tellement rare) (je dois ovuler) balançant enfin la vérité sur les classiques des livres jeunesse. Zou.

    • La vraie question demeure « que foutent- ils avec le poivre ? » Et ça c’est vraiment flippant ! Je n’ovule plus, c’est une libération. Je te propose plusieurs titres qu’il m’intéresserait de voir traités : « Combien tu m’aimes » (ça dépend combien tu payes), n’importe quel ouvrage de Claude Ponti parce que si tu en sors une vérité autre que « la drogue c’est mal » vraiment ça m’intéresse et « ma culotte » que j’adore mais que je préfère ne pas analyser donc si quelqu’un le fait pour moi c’est parfait.

  8. Elles sont modernes, ces poules, mariage pour toutes, GPA, PMA et compagnie ! Voilà un beau sujet pour le prochain repas avec Patrick (dans 6 mois, donc)

  9. Moi aussi j’ai mon Patoche !! (qui s’appelle Jésus, véridique) Il est loin (en Espagne) et ça me va très bien. Cette année, j’ai même passé mon tour pour le pèlerinage espagnol chez les beaup’s.
    Y aussi du JM Le Pen chez le mien, et ça donne des échanges assez chaud entre lui et moi à ce sujet. On alterne avec des mots doux sur mon chouppi beau frère ce « traine savate bitnik » (il est intermittent danseur/chanteur).
    Bref, je te reçois 5/5 et compatis

  10. Brillante analyse des Trois brigands ! Je comprends mieux l’évolution de mes ados – dont c’était un des livres favoris quand ils étaient enfants. (Méfie toi ! 😉 )

  11. Voilà un sujet sur lequel je ne peux m’exprimer même si j’imagine bien le personnage ! je me suis toujours demandée et je me demande encore si c’est mieux de n’avoir aucune belle-famille, zéro, nada, même pas éloignée où si c’est mieux d’en voir une un peu encombrante ou énervante… je n’ai toujours pas trouvé la réponse…
    ps : la description du beau père m’a fait sourire mais celle du fils est encore plus savoureuse… les Bee gees ah oui 😉

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s