Raiponce est une connasse

Capillairement parlant, ma vie est une aventure trépidante et pleine de surprises. Enfant j’étais très blonde. Et puis j’ai voulu avoir les cheveux ondulés. Alors je suis allée chez le coiffeur, mais « ondulé » est visiblement un concept qui peut échapper même aux plus professionnels d’entre nous. Je suis ressortie frisée comme Dominique Rocheteau et on m’a appelée Mouton des Iles pendant des mois. L’enfant de CE1 est cruel.

Ça m’a calmée dans mes rapports avec les artisans du cheveu pendant un moment. Je suis restée avec mes cheveux blonds, fins et impossibles à coiffer pendant quelques années.
Au lycée, la discrète est devenue un peu plus « vous me pétez tous les couilles je fais c’que j’veux OKAY ?! »
J’ai voulu me teindre les cheveux. C’étaient les années 90, tout le monde se mettait du henné, et j’ai voulu tenter aussi. Histoire de « changer de tête », j’en ai pris du acajou. Je rappelle que j’étais blonde. Très blonde. Question changement de tête, j’ai pas été déçue du voyage.
Le truc rigolol avec le henné, c’est que ça part FUCKING PAS DU TOUT SA RACE.
J’ai donc eu les cheveux rouge écarlate, puis rougeâtre, puis orangé, puis « quelque chose ». Tout ça avec la repousse hein, et la démarcation qui va bien avec.

cheveux raiponce
Ce foutu henné m’a pourri la vie pendant un peu plus de 2 ans. J’ai enfin pu les couper. J’avais une coupe bien sage et bien ordonnée. Et à 24 ans j’avais l’air d’en avoir 16. Super crédible quand t’es assistante commerciale et qu’on te prend pour la stagiaire.

Du coup pour faire plus vieille mûre sérieuse, je me suis teint en brune. C’était ma foi fort joli. Du coup j’ai continué sur le brun, de plus en plus foncé, jusqu’à avoir les cheveux noir corbeau. Avec mon teint de blonde, j’aurai pu jouer dans True Blood. Easy.

Le temps passa, et la seule chose de sûre c’était que non, j’aurai désormais définitivement les cheveux courts. Je déteste avoir chaud au cou, les cheveux dans les yeux, qui te chatouillent le pif, et qui viennent se coller dans la nuque dès qu’il fait chaud.
Alors je les ai coupés de plus en plus court, et avec des styles de plus en plus audacieux. Comme j’avais arrêté de travailler pour profiter du système et rien branler m’occuper de mes enfants, je pouvais donc me permettre quelques excentricités. J’ai eu les cheveux rouges, violets, noirs et platine. J’ai bien aimé le platine. Le coiffeur m’avait dit que ça ferait une chouette base si je voulais faire des couleurs un peu spé, genre un rose ou un bleu. C’était pas tombé sous le pied d’un sourd.

Je suis finalement revenue au rouge, mais j’ai encore coupé. Depuis longtemps je voulais tenter le undercut, et un soir où l’apéro avait un peu traîné, le mari et moi on a chopé la tondeuse, et je me suis retrouvée avec la coupe d’Asaf Avidan. Laisse moi te dire que j’ai kiffé ma race.
Régulièrement depuis je passe un coup de tondeuse et hop c’est fini. Quand il a fallu couper aussi le dessus qui était devenu tellement long que je devais les garder attachés tout le temps rapport que si t’as bien suivi je supporte pas les cheveux dans la gueule, j’ai fait pareil. En tête à tête dans la salle de bain entre ma paire de ciseaux et moi. Pif paf pouf, les cheveux courts. Je me suis un peu sentie comme dans nouveau look pour une nouvelle vie voyez, tout le monde me complimentait sur ma nouvelle coupe et j’étais pas peu fière de me la jouer « ça vous plaiiiiit ? C’est MOI qui l’ai faiiiiiiit ».

Forte de cet élan inespéré de confiance en mes capacités capillo-artistiques, je me suis dit qu’il était temps de refaire une couleur. J’ai donc commandé un kit de décoloration, un pot de couleur rouge, et un pot de rouge/rose, qui devait donner un genre de violet plutôt sympa.
Face au miroir de la salle de bain, les mains délicatement glissées dans une paire de gants en plastique taillés aux dimensions de Shrek, je prie Franck Provost, Jacques Dessange et L’Oréal et je me lance. Une heure plus tard je suis blonde platine. TROP sympa. Mais, parce qu’il y a un mais, je décide de m’entêter quand même et de faire une couleur comme mon gentil coiffeur il avait dit que ça serait une trop bonne idée. Je voulais faire mon rouge, mais mon regard se pose sur un fond de rose qu’il me restait. J’adore. Je suis trop fan de mon rose. Et puis d’un coup je réalise que j’ai plus 17 ans, que je suis mère, que je dois aller à l’école tous les jours, et que je vis dans un village où la seule excentricité capillaire acceptable est d’avoir un côté plus court que l’autre. Du coup, j’assume moyen. J’ai la tête d’un très gros malabar bi-goût. Ou d’une glace vanille-fraise.

Du coup le lendemain, je me dis qu’il est encore temps de rattraper et je vais faire le rouge que j’avais prévu au départ. Il est simplement MA-GNI-FI-QUE. Par contre, il me va mais alors PAS. DU. TOUT.
Voilà. J’ai tenté hein, mais c’est moche. Bordayl de putain de bite à nœud, j’ai encore eu une idée de merde.

Bon, peut-être que si je fais toute la tête en rouge, ça choquera moins que le platine/rouge écarlate. Je me prépare, la serviette sur les épaules, les gants de vaisselles parce que les gants de Shrek ils sont à la poubelle depuis la décoloration, et au moment de préparer la couleur, BIM je tombe sur le rose/rouge un peu fushia/violet. Aaaaahhhh… la voilà la solution !
Je fais donc toute la tête comme ça. Ça va être beauuuuuucoup plus passe partout que le rouge !

comment tu t’imagines avant de faire ta couleur….

Alors qu’en fait……

lama rose

Presque, mais pas du tout.

La couleur est très sympa. Un peu violet donc. Je rince, rince, rince encore. Bon, c’est toujours super chargé en couleur, je rince encore. Bon, ben, encore. Au bout d’un moment j’ai un peu peur pour mon stock de shampooing alors j’arrête de rincer, on verra bien hein. Allez, une bonne chose de faite, je file me coucher.

Le lendemain matin……….
Bien bien bien. Mon oreiller est rose. Mon front est rose, mon oreille est rose, mes mains sont roses et j’ai même une coulure rose au milieu du visage.

Ah tiens, le bac à douche, la pomme de douche et les murs de la salle de bain sont roses aussi. Ahem. J’aurai dû insister un peu plus sur le shampooing. Au bout de 8 lavages de cheveux, la mousse est toujours fluo et j’ai un torticolis. Quand je me sèche les cheveux, ça a éclairci. J’ai les cheveux fushia vif. Je suis désespérée et j’ai envie de mourir. Ou de me raser le crâne. Ou les deux tiens. Mon mec arrive difficilement à se contenir et pas éclater de rire à chaque fois qu’il me croise. J’ose plus sortir de chez moi. Je suis sûre qu’on me remarquerait moins si je me baladais à poil dans le village.

Du coup, je me lave les cheveux tous les jours, 8 fois à chaque fois, dans l’espoir que ça finisse par se barrer, et que je puisse TOUUUUUUT recommencer. Tant pis si je dois être chauve, mais il faut que je refasse une déco et vite.

J’en suis à environ 50 shampooings. Aujourd’hui, mes cheveux sont rose vif. TRES rose et TRES vif. Avec une petite nouveauté cela dit, sur le derrière de la tête, là où mes cheveux sont rasés, la couleur en partant petit à petit au lavage a laissé, ici et là, quelques petites zones redevenues platines.

Bonjour, je m’appelle Ouiche Lorraine, j’ai 36 ans, et je suis un léopard disco.
Adieu.
Achevez-moi.
Par pitié.

Publicités

21 réflexions sur “Raiponce est une connasse

  1. Je manque d’air tellement je ris… Mes neurones dédiés à l’imagination sont en vrac tellement ils ont de boulot. Tu veux que l’on se cotise pour du shampoing ?? Et sinon je suis désolée, mais un tel billet NECESSITE une vraie photo… même de dos on est preneur 😉

    • Alors je dois avoir de la chance. Ici la couleur s’éclaircit et du coup c’est pas vilain. Le seul truc un peu chelou c’est que ça s’éclaircit pas uniformément. Du coup j’ai des endroits blonds et des endroits rose fluo…

  2. Le fluo c’est tendance !
    Le rose c’est shouppi !
    A te répéter chaque jour au saut du lit.
    J’ai mi-gloussé/mi-compatis.
    Une photo (floutée ou qu’est-ce) est indispensable pour que nous nous fassions une idée du style 😉
    Le fluo c’est tendance !
    Le rose c’est shouppi !
    (bis oui oui)

  3. j’avais coloré mes cheveux en rose jadis, la couleur était sympa, mais très vite, ils sont passés au orange-vilain-platine. Alors dis-toi que le pire reste à venir et profite du moment (fuschia fluo) présent!

  4. J’arrive après la bataille, pour information, les meilleurs shampooing decap’coloration sont les shampooing anti-pelliculaire. Moi, je veux bien la marque de ton rose-violet qui tiens si bien. Ici j’utilise le cyclamen de Crazy Color. La tenue est raisonnable mais pas autant que ça. Mais c’est sans doute aussi lié au fait que je dois fortement décolorer mes cheveux bruns pour avoir le droit de faire joujou avec les couleurs. Et comme je suis une maman de bientôt 40 ans en province profonde je ne colore qu’une grosse mèche.

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s