Sur la terrasse

Assise en tailleur sur la terrasse je regarde au loin les lumières de la ville en bas, dans la vallée. Il fait nuit depuis longtemps. Je fume en tirant sur ma Camel à chaque respiration. Il fait déjà chaud pour la saison, avril je crois.

Depuis la maison derrière moi j’entends la musique. Une musique si particulière, puisqu’elle vient de ses mains à lui. Lui qui m’a aimé. Lui qui ne m’aime plus. Lui qui m’a quittée. Lui, le premier pour qui j’ai pleuré. Lui que j’aime toujours tellement. Je fume pour ne pas penser que ses chansons ne sont plus pour moi. Ses rires, ses regards. Ses mains sur une guitare. Avec mon ancien amoureux à moi il y a son ancien amoureux à elle. La groupie du pianiste elle disait. Pas faux. Elle me rejoint sur la terrasse et on fume toutes les deux. On boit aussi un peu, je sais plus trop quoi. On est à l’âge où on boit ce qu’on trouve, pourvu qu’on plane un peu. Elle s’assoit à côté de moi et on sourit en regardant devant. Toi aussi ça te fait comme à moi hein ? Toi aussi tu l’aimes toujours. Toi aussi tu regardes ses mains et c’est pas un piano que tu vois sous ses doigts. C’est ton corps, ton visage, ton ventre. Ils sont beaux tous les deux putain. Ils sont beaux, ils sont plus amoureux de nous, mais on les aimera toujours hein ? Ils nous feront toujours ce truc bizarre dès qu’ils sourient. « Et celle-là, tu la reconnais ? ». Matthieu m’interpelle à travers la baie vitrée. Au début ça me faisait comme un pincement dans le cœur. Quand il faisait comme ça à faire comme si de rien n’était. Comme s’il m’avait jamais dit je t’aime, comme si on avait jamais été un, comme si on avait pas été spéciaux. Et puis en fait ça me faisait juste du bien. Parce que justement ces moments-là ils étaient rien qu’avec moi. La complicité qui reste même quand l’amour est plus là. Évidemment que je la reconnais. L’intro batterie de Sunday Bloody Sunday. Alors elle et moi on se regarde et on se sourit. C’est bizarre parce que c’est même pas triste. Enfin si c’est un peu triste mais c’est tellement chouette que ça efface le reste.

wpid-1441699229350.jpg

Et puis comme un signe, comme une réponse aux questions qu’on a pas voulu poser, elle et puis moi, Matthieu prend une guitare, Sam se met au piano et ils jouent Old Love. Ça me fait pleurer tout de suite. J’éclate de rire et j’éclate en sanglots exactement au même moment. C’est assez étrange mais c’est ce que ça restera. Des fois on pleure de joie, je crois bien que ce jour là j’ai ri de tristesse.
Mais on est pas sérieux quand on a 17 ans.

Publicités

2 réflexions sur “Sur la terrasse

  1. Oh beh c’est bien agréable de retrouver d(t)es mots par ici. J’ai bien aimé cette petite histoire. Bonne rentrée.

Une remarque ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s